Algérie - Cinéma


Cinéma, «La disparue», une société qui se cherche



 La disparue, un film réalisé par Lamine Merbah, a été projeté hier en avant-première, à la salle El-Mougar.

C'est l'histoire d'une fille arrachée à sa famille, enlevée par un groupuscule ; c’est aussi l’histoire de sa mère qui reste prostrée à la maison, attendant son retour. Les faits s’inscrivent dans une période connue par tous : la décennie noire.
«Le film revêt une symbolique, il fait référence à l’Algérie et ce, à travers ses personnages», explique le réalisateur. Et d’ajouter : «Cette symbolique est incarnée par la fille ; celle-ci a une passion pour la musique, elle joue du violon, et chaque fois qu’elle interprète une partition, c’est tout le monde – sa famille – qui s’en réjouit, elle procure à chacun et à chacune joie et béatitude. Mais depuis son kidnapping, sa famille, notamment sa mère, se trouve plongée dans le désarroi et le chagrin. Rien n’est plus comme avant. Tout a changé.»
Ainsi, la famille, avec ses contradictions et ses différences, représente l’Algérie, et la fille, avec sa joie de vivre et son sourire, incarne ce bonheur dont le peuple algérien a été privé, pendant près de dix années. Le film, selon le réalisateur, s’articule et prend forme et sens dans cette symbolique. Il raconte le mal de vivre, une société prise dans l’engrenage du gain facile, une société qui ne cherche qu'à s’enrichir par tous les moyens, même les plus sordides et machiavéliques. C’est aussi une société qui se cherche dans ses changements et son ouverture sur de nouvelles valeurs sociales.  
La disparue est jouée par des comédiens comme M’hamed Benguettaf, Doudja Achaïchia, Lynda Yasmine, Nidhal… Sur le choix des acteurs, comme c’est le cas pour M’hamed Benguettaf, le réalisateur s’explique : «Il y a des moments où des noms s’imposent au scénario. Il y a certains rôles qui peuvent correspondre à certains acteurs.
M’hamed Benguettaf correspond parfaitement au personnage. C’est un homme vrai et authentique, et quand il joue, il joue bien et avec assurance.» C’est aussi par rapport à son expérience en tant que comédien. «C’est un homme qui a de l’expérience, c’est un connaisseur», dit-il.
La disparue, produit par l’Entv, sera prochainement projeté sur le petit écran en cinq épisodes. Lamine Merbah a, à son actif, de nombreuses réalisations : Les Déracinés (1976) ; Les Spoliateurs (1973) et bien d’autres encore.






Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)