Mila - A la une

CHU de Tizi Ouzou : le service oncologie dépassé Tiziouzou : les autres articles


CHU de Tizi Ouzou : le service oncologie dépassé                                    Tiziouzou : les autres articles
Les malades ne disposent même pas d'une salle d'attente dans ce service.
Au service Oncologie de l'hôpital Sidi Belloua (ex-Sanatorium) qui dépend du centre hospitalo-universitaire de TiziOuzou, une trentaine de malades étaient, ce dimanche en fin de matinée, entassés sur le palier de l'escalier du service attendant leur tour pour une consultation médicale. L'inexistence d'une salle d'attente et l'exigüité du service contraignent les malades et leurs accompagnateurs à s'assoir à même le sol, sur les marches d'escalier. «Les conditions d'accueil pénalisent les malades au même titre que leurs accompagnateurs durant les heures d'attente qui peuvent aller jusqu'à 3 ou 4 heures. Le service est exigu», dit Adlène, qui accompagnait sa mère malade.
À l'intérieur du service, la propreté est irréprochable, de nouveaux appareils ont été acquis récemment comme ce décontamineur d'air installé dans le couloir de l'une des salles d'admission. Une femme qui semble souffrir d'un malaise respiratoire, interpelle une infirmière : «J'étouffe !», s'écrit-elle. «Avant que je ne vienne ici, je suis obligée de ramener mes médicaments depuis Oran et cette dame que vous voyez allongée, c'est son fils qui lui procure ses médicaments chez des connaissances à Dellys (Boumerdes)», dit Djamila. «Des médicaments anticancéreux comme le Oxaliplatine et le Xeloda sont, en effet, introuvables. Et en tant que praticien, c'est toujours difficile de dire à un cancéreux que le médicament n'est pas disponible à l'hôpital, des médicaments qui coûtent extrêmement cher. Nous ne sommes pas indifférents», a déclaré un médecin.
A ce propos, le chef de service, Pr Ferhat, estime : «En plus du manque d'espace et d'infirmiers, les malades souffrent de l'indisponibilité des médicaments. La PCH ne s'y prend jamais d'avance pour les commandes». Et d'ajouter : «Avec l'installation de la PCH, les procédures d'acquisition des médicaments engendrent des mois de pénurie».
Est-ce qu'un hôpital peut acquérir des médicaments, notamment des anticancéreux chez des fournisseurs ou laboratoires afin de lever cette contrainte'
«Oui, mais notre budget est plafonné. On ne peut pas acquérir des médicaments dont la facture dépasse les 8 millions de dinars et les anticancéreux coûtent cher», répond M. Ferhat. Par ailleurs, en dépit des efforts qui ont été fournis pour l'acquisition d'appareils dont 3 scanners et un IRM, le personnel qualifié reste insuffisant. Le CHU de TiziOuzou compte 2 radiologues seulement et des manipulateurs qui doivent répondre à une affluence des patients qui viennent de 6 wilayas du centre du pays.
Le CHU de TiziOuzou accueille chaque année 1500 malades atteints de divers types de cancer. Le service d'oncologie ne peut prendre en charge en consultation que 60 personnes par jour et 12 patients nécessitant l'hospitalisation. L'urgence d'un nouveau centre anticancéreux doté de personnel et d'équipement se fait sentir dans la wilaya.
Un centre a été inscrit en 2002 pour un délai de réalisation de 19 mois dans la ville de Draâ Ben Khedda. D'une capacité d'accueil de 140 lits, le projet accuse un retard considérable depuis son lancement en mars 2011.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)
X

Notre page facebook