Chlef - Revue de Presse


Chlef

Le ciment en vente libre Fini la tension sur le ciment et le système de quotas imposé par le déséquilibre entre l?offre et la demande. L?entreprise des ciments et dérivés de Chlef (ECDE) a réussi à faire augmenter sensiblement sa capacité de production qui passe désormais de 1 200 000 t à 2 000 000 t/an. A fin octobre dernier, elle avait déjà mis sur le marché 1 518 000 t alors que, pour toute l?année 2003, elle n?en a mis que 1 015 019 t. Cela confirme, d?après les gestionnaires de l?entreprise, la réussite du programme de réhabilitation de cet outil de production, lancé pour la première fois depuis sa mise en service en 1978. L?ancienneté de l?usine et les exigences du marché ont, dit-on, rendu nécessaire cette intervention qui n?a jamais été entreprise auparavant dans le secteur au niveau national, précisent encore les mêmes responsables. L?opération d?envergure, qui a mobilisé une enveloppe de plus de sept milliards de dinars, a débouché effectivement sur le renouvellement à 100 % des deux lignes de production composées notamment des fours et des tours de préchauffage, des installations qui jouent un rôle extrêmement important dans le processus de fabrication de ce matériau stratégique. Elle a permis aussi de moderniser la salle de contrôle et de la doter d?équipements de technologie de pointe, à savoir les automates programmables et les scanners de surveillance et de mesure des fours, en plus du renforcement du laboratoire de la qualité en moyens humains et matériels. Les travaux qui ont mis à contribution plusieurs entreprises nationales et étrangères, ont été menés en deux phases pour ne pas perturber l?approvisionnement du marché. Renouvellement et modernisation La première a été réalisée en 2003 et la seconde au courant du premier semestre 2004. La mise à niveau de la cimenterie a eu également des retombées bénéfiques sur la gestion des ressources humaines, dans la mesure où « elle nous a permis d?utiliser rationnellement les 900 travailleurs en place et de leur organiser régulièrement des stages de perfectionnement », indiquent le directeur général du complexe, Mohamed Chaieb-Eddour, et le directeur de l?administration, Mohamed Bouthiba. Dans un bilan arrêté au 30 juin 2004, la société de gestion des participations de l?industrie des ciments a fait ressortir qu?une évolution de 22 % de la production nationale du ciment a été enregistrée, suite à la réhabilitation de la cimenterie de Chlef, ce qui a contribué pour une large part à la normalisation du marché. L?entreprise des ciments de Chlef figure, nous dit-on, parmi les rares unités du pays à fabriquer le ciment Portland CPJ CEM 42.5 qui a obtenu en 2004 la certification ISO 9001/2000. L?objectif de la production est à présent atteint ; il reste à conquérir celui des ventes afin de pouvoir affronter la rude concurrence et d?occuper une place importante sur le marché national du ciment, surtout avec l?ouverture du secteur à l?investissement étranger. Conscients de cet impératif économique, les dirigeants de l?ECDE ont adopté une nouvelle démarche visant la réduction des coûts, la baisse des prix, l?assouplissement de la procédure d?acquisition et de renforcer davantage sa présence en qualité de partenaire privilégié des utilisateurs, parmi lesquels les entreprises de réalisation, les auto-constructeurs, les revendeurs et les fabricants de matériaux de construction. La nouvelle direction commerciale créée à cet effet s?attelle déjà à concrétiser la nouvelle stratégie de l?entreprise dans ce domaine, selon son premier responsable, Brahim Hennani. Elle propose le ciment à 4 121 DA la tonne en sac et 1 627 DA la tonne en vrac. On ne peut évoquer la cimenterie sans parler des dispositions qui ont été prises en matière de lutte contre la pollution. Sur ce point, le directeur général de l?ECDE nous apprend que son unité fonctionne déjà avec des électrofiltres qui ont eu des résultats positifs sur l?environnement et que l?effort en la matière s?est poursuivi avec la mise en place d?electromanches au niveau de l?ensemble des équipements de production.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)