Algérie - Banques


CETELEM OBTIENT SON AGREMENT, Le crédit qui veut changer les habitudes des Algériens



Cetelem, numéro 1 en Europe du crédit à la consommation, arrive sur le marché algérien. En effet, plus de quatre mois après avoir obtenu l’autorisation de constitution d’un établissement financier, Cetelem Algérie a obtenu mercredi dernier le feu vert de la Banque d’Algérie pour exercer ses activités. «Cetelem Algérie, établissement financier spécialisé dans le crédit à la consommation, obtient l’agrément de la Banque d’Algérie pour le démarrage de son activité», a annoncé jeudi dernier Cetelem Algérie dans un communiqué.

Filiale du groupe bancaire français BNP Paribas, Cetelem mise sur le marché algérien du crédit à la consommation qui n’est pas très développé. «Convaincu de l’important potentiel du marché algérien, Cetelem a fortement investi afin de préparer le démarrage de ses opérations. D’importants moyens techniques et une trentaine de collaborateurs sont aujourd’hui opérationnels», souligne Cetelem Algérie. Cet établissement financier ne précise pas la date exacte du lancement officiel de son crédit à la consommation. «Les conditions réglementaires étant remplies, Cetelem Algérie initie dès à présent la formalisation d’accords de collaboration avec des partenaires du monde de la distribution automobile, de l’électroménager, du mobilier, de l’informatique, etc. Cetelem proposera via ce réseau de partenaires, des solutions de financement sur le lieu de vente pour accompagner les besoins d’équipement des ménages algériens». En France, la force de Cetelem réside dans sa présence sur les lieux de vente, au niveau des concessionnaires automobiles, des grands magasins d’électroménager, de mobilier, de l’informatique... «Il n’y aura pas d’agents Cetelem dans chaque magasin, mais un terminal relié directement au réseau central de cet établissement. Ce terminal permet le transfert des données sur un client qui veut acquérir par exemple une voiture», explique un banquier.

 La présence sur les lieux de vente permet au numéro un européen du crédit à la consommation de profiter de la pulsation du client. Un avantage de taille par rapport aux banques qui font du crédit à la consommation.

«Souvent dans les magasins, les gens rêvent d’acheter des produits. Par exemple, dans une concession automobile, le client monte dans une voiture, l’essaie. Il décide de l’acheter. Comme il n’a pas d’argent pour payer cash, le garagiste lui propose un crédit à la consommation. Le client lui fournit des données sur ses revenus, son âge et sa situation sociale. Ces données sont transmises instantanément au réseau central de Cetelem qui lui fournit une réponse à la demande. Pour répondre, Cetelem vérifie la crédibilité du client qui peut fournir des informations erronées sur sa situation sociale», explique le banquier.

Mais Cetelem peut-elle appliquer les mêmes méthodes qu’en Europe pour l’Algérie ? Les spécialistes estiment que ce sera difficile pour deux raisons principales: l’impossibilité de prélever directement les mensualités sur le compte bancaire du crédit et l’obtention d’informations financières sur le demandeur du crédit. «En France, Cetelem a accès à la centrale des impayés de la Banque de France pour vérifier les incidents de paiements et les interdits de chéquiers. Elle peut prélever directement les mensualités de paiement sur le compte bancaire du client.

En Algérie, cela n’existe pas encore», explique le même banquier.

En attendant l’aboutissement de la réforme bancaire, Cetelem Algérie devrait entamer ses activités en faisant du crédit à la consommation à l’algérienne et profiter de l’augmentation du pouvoir d’achat de la nouvelle classe moyenne algérienne qui est estimée à près de trois millions de personnes. «La méthode algérienne dans le crédit à la consommation, c’est d’établir des conventions avec les grandes entreprises, les concessionnaires automobiles, les syndicats de taxis, etc. C’est une méthode qui présente le moins de risques. En France, les taux d’intérêt de Cetelem sont toujours supérieurs à ceux des banques. En Algérie, les deux banques françaises, Société Générale et BNP Paribas, qui font du crédit à la consommation pratiquent des taux d’intérêt qui avoisinent 10%. Cetelem devrait être plus chère d’un ou deux points», estime un autre banquier.

Cetelem Algérie qui reste discrète sur ses taux d’intérêt et sa stratégie commerciale affirme que son installation risque de changer profondément les habitudes de consommation des ménages algériens. Cetelem Algérie devra entamer ses activités à partir d’Alger et ensuite proposer ses produits dans d’autres villes du pays.





Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)