Alger - Revue de Presse


Ces plantes qui guérissent et qui font du mal



Le premier produit à base de plante médicinale, à visées cosmétique, nutritionnel et curative, sera fabriqué par le groupement Saidal. L?annonce officielle sera faite avant la fin du mois de juin prochain. C?est ce qu?a déclaré, hier, M. Abdessalem Chakou, directeur de recherche et de développement du groupe Saidal, en marge du colloque international sur la médecine traditionnelle. La pratique de la médecine traditionnelle est devenue chose courante en Algérie. Considérée comme un héritage ancestral, les usagers en ignorent, cependant, souvent les dangers notamment ceux liés à la toxicité de certaines plantes médicinales utilisées. Les préoccupations des chercheurs en médecine et en sciences pharmaceutiques et vétérinaires en matière de phytothérapie traditionnelle sont, depuis hier, et pour encore deux jours, au centre des débats à l?occasion du symposium international sur «le médicament de phytothérapie et plantes médicinales», qui se tient pour la première fois en Algérie, à l?université des sciences islamiques Emir Abdelkader de Constantine. Quoique l?utilisation des plantes à usage pharmaceutique ait montré son efficacité, comme le soulignera un spécialiste, il est impératif pour les médecins et les chercheurs de mieux informer les usagers sur les risques de l?automédication et du fait qu?elle peut être inadaptée à telle ou telle pathologie et peut, par conséquent, aggraver leur maladie. Ainsi il est indiqué que le centre antipoison d?Alger (CAP), et pour la période allant de 1991 à 2004, a enregistré 114 appels sur les 28.221 signalés concernant des cas d?intoxication par des plantes à visée thérapeutique. Ces cas d?intoxication ont pour origine une erreur soit sur le type de plante médicinale à utiliser soit sur la posologie. Selon un des intervenants les facteurs potentialisant les risques d?intoxication sont la disponibilité de certaines plantes toxiques chez l?herboriste, la croyance de la population qui dit que ce qui est naturel ne peut être que bénéfique, la large utilisation des plantes expliquée par le coût élevé des soins, ou encore le désespoir des patients atteints de maladies graves. La connaissance des dangers des plantes médicinales nécessite, selon les toxicologues, la mise en place de mécanismes de réglementation pour le contrôle de l?innocuité et de la pratique de la médecine traditionnelle, l?élaboration de la pharmacopée nationale des plantes médicinales, la sensibilisation de la population sur les plantes toxiques, et enfin, la prévision d?une formation en phytothérapie clinique.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)