Alger - Revue de Presse


CANICULE



Cas d?asthme et de déshydratation Même si la température a légèrement baissé (37° à Alger), hier, par rapport à la journée caniculaire de samedi (43°), les pavillons des urgences des CHU d?Alger n?ont pas pour autant désempli. Les personnes âgées et les nourrissons étaient, en effet, nombreux à consulter. Au niveau de l?hôpital Maillot, à Bab El Oued, le service de pédiatrie n?a pratiquement pas chômé durant ces trois derniers jours. La hausse vertigineuse du mercure en est la raison première, selon un médecin rencontré sur les lieux. « Le syndrome de diarrhées avec déshydratation vient en tête de liste. Autrement dit, nous n?avons pas cessé de recevoir des corps frêles, presque desséchés », affirme-t-il avant de lancer un « appel » aux parents. « Faites boire beaucoup d?eau à vos petits, notamment les nourrissons, et de préférence de l?eau minérale ; et tâchez de ne pas les exposer au soleil », conseille-t-il. Au service central des urgences, le registre enregistrait, hier, à 13h45, 112 admissions. Un chiffre relativement important mais loin de refléter la réalité. « Le rush commence en début de soirée, parfois dès 16h. Les malades arrivent par dizaines au point de chambouler carrément notre feuille de route », explique un résident affirmant avoir consulté, « pour la seule nuit du 1er au 2 septembre », pas moins de 240 malades. La majorité des patients sont des personnes âgées présentant des crises d?asthme, d?autres ont été évacués pour des cardiopathies dues à des pics de tension. Le recours à la respiration artificielle étant l?unique solution. Toutefois, les travaux de réaménagement du pavillon des urgences du CHU Maillot n?ont pas été pour faciliter la tâche des blouses blanches. Le bruit strident des scies et les gémissements des asthmatiques pris en charge tant bien que mal et « selon les moyens de bord », se mêlaient presque dans l?indifférence. Comme pour les enfants, les médecins invitent les familles à « faire boire les seniors sans parcimonie ». « C?est le geste qui peut sauver une vie », soutiendra un maître assistant. Paradoxe, l?hôpital Mustapha, le CHU le plus fréquenté de la capitale et du pays, accuse moins de visiteurs que Bab El Oued. Le pavillon des urgences n?a accueilli qu?un cas de crise d?asthme lors de notre passage sur les lieux, à 16h. « Sinon le service a traité des cas courants, comme à l?accoutumée », nous dira une femme médecin qui tiendra néanmoins à souligner que des cas d?hypertension artérielle, « dus certainement à la chaleur », ont été enregistrés. Côté Protection civile, du moins au niveau de la direction de la wilaya d?Alger, les interventions ont été « routinières », selon le chargé de la communication, M. Bekhti. « Nous n?avons enclenché aucune intervention spécifique, nos sapeurs ont travaillé comme n?importe quel jour de l?année », a-t-il tenu à préciser. Par ailleurs, selon l?APS, même si le mois de septembre est un mois humide, puisque « faisant partie des caractéristiques climatiques de l?intersaison (été-automne) », des périodes sèches ne sont pas exclues avec l?arrivée de l?automne, selon les services de la météorologie nationale. Au plan international, l?Organisation mondiale de la météorologie a souligné, dans un communiqué rendu public vendredi, que la survenue d?un nouvel épisode du phénomène El Nino (remontée d?air chaud du Pacifique équatorial) n?est pas à exclure. Rappelons que la vague de chaleur qui a sévi l?année passée en France a été la cause de près de 15 000 morts.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)