Blida - Revue de Presse


Bulles puantes dans les classes

Nombre de collèges et de lycées à Blida se sont mis en évidence durant la dernière semaine du Ramadhan avec un produit rejeté, renié, honni par les administrations et les enseignants, à savoir des sachets minuscules contenant un liquide aux senteurs nauséabondes, donnant l?impression d?être en plein milieu d?une immense décharge publique. « Ces petites pochettes sont vendues à quinze dinars l?unité aux abords des établissements scolaires par des commerçants véreux, ne pensant qu?au profit et ne mesurant point les effets négatifs sur toute la structure éducative », a affirmé un chef d?établissement possédant une longue expérience et paraissant très au fait du comportement psychologique d?adolescents. Ces derniers éprouvent le besoin de se faire remarquer, de créer l?événement. « Nous nous trouvons désemparés lorsque l?inacceptable provient de l?extérieur, du monde adulte ; c?est aux structures de contrôle du commerce d?interdire la vente aux fins de prémunir l?enfant de ce qui peut lui nuire ! », conclura le directeur à la veille de l?Aïd qui obligerait à plus de clémence envers les fautifs. Un enseignant parlera de l?époque où « les ?ufs étaient à la mode parce qu?ils ne coûtaient pas cher Les filles étaient la cible toute indiquée à la sortie des établissements ». Autres temps autres m?urs : ces petits sachets sont importés de Chine et font la joie de quelques jeunes rebelles auxquels il faudrait trouver des activités qui leur oteraient jusqu?à l?idée même de causer du tort.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)