Mila - Revue de Presse


Bouira

Utile palette sociale Peintre de drames sociaux et de tragédie nationale, ainsi elle se définit elle-même mais dans le registre semi-abstrait, cette ancienne élève des Beaux-Arts des années 1965 à 1970, Mme Kaci en l?occurrence, a peint une trentaine de toiles dont 10 ont été vendues, selon elle. Sans faire fi de l?inspiration qu?elle considère indispensable dans le processus d?élaboration d?une ?uvre picturale, elle fait la part belle au travail et à la volonté. Pour elle, la toile ne prend jamais du premier coup sa forme définitive. N?étant donc pas peintre primesautière, elle cherche longtemps celle qui convient parfaitement au sujet qu?elle traite et qui reflète le mieux ses sentiments et son émotion. Artiste qui ne se croit franchement heureuse que lorsqu?elle a quelque chose à partager avec autrui, elle fait en sorte que chaque tableau soit un miroir où son âme entière se mire. Mais une âme sensible et qu?accablent la misère et les fléaux sociaux, car elle-même n?est en définitive qu?un miroir braqué sur le monde. Ainsi ce tableau représentant une femme « à qui on a pris son mari » et qui les bras levés au ciel prie au lieu de lancer des imprécations contre les assassins de son compagnon. Ou encore cet autre qui retrace la tragédie vécue au complexe de Skikda et dont un seul ouvrier a pu échapper. Mme Kaci, qui n?a pas hésité à lâcher son pinceau et à quitter son atelier à Alger pour venir exposer à l?institut de musique de Bouira, se plaint qu?on ne l?imite pas assez aux expositions de peinture. Dépit ? Amertume ? On ne sait pas. Toujours est-il qu?elle parle de monter sa propre exposition dans les jours à venir. Elle déplore également qu?on ne prenne pas suffisamment en charge les jeunes talents et est révoltée de les voir souvent se débattre dans d?inextricables difficultés. Elle-même se demande ce qu?elle sera devenue si elle n?a pas eu cette chance inouïe d?avoir été soutenue et encouragée par son professeur de dessin et si elle n?a pas eu pour maître ce grand peintre que fut M?hamed Issiakhem auquel elle rend un hommage appuyé.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)