Bouira - Revue de Presse


BOUIRA

Les deux gageures de la direction de l?environnement La gageure pour la direction de l?environnement est double : elle consiste à faire accepter l?idée de décharges collectives à l?ensemble des communes de la wilaya et à réaliser le double, voire le triple de ce qui a été planté au cours de l?année dernière. Pour le directeur de l?environnement que nous avons rencontré dans son bureau, la tâche s?avère aux deux plans difficile tant les vieux réflexes sont tenaces et durs à faire disparaître. Pour chacune des 45 communes de la wilaya, l?idée de se mettre à 5 ou 6 pour avoir une décharge commune est bonne, mais aucune d?entre elles ne consent à accueillir le projet sur son territoire. Pourtant, l?idée présente des avantages certains. Notre interlocuteur en dénombre au moins deux : ramener les décharges publiques de 39 actuellement à seulement 5 ou 6. La pollution sera certes plus importante, mais de cette manière, d?autres secteurs seront épargnés, dans la logique environnementale de ce responsable. L?autre avantage qui sous-tend ce projet est la facilité avec laquelle se feront les opérations de recyclage des déchets. Eparses à travers les 45 communes, les opérations de récupération et de revalorisation des déchets prendront plus de temps et nécessiteront plus de moyens, estime notre interlocuteur. C?est dans cette optique que s?inscrit le projet d?une décharge publique à Saharidj. Mais les responsables et la population se laisseront-ils convaincre par la logique des initiateurs ? « Un élève, un arbre » La gageure qui consiste à en finir avec les comportements qui aggravent les risques de pollution et de dégradation de l?environnement n?est pas non plus de tout repos. C?est toute une culture qu?il s?agit d?inculquer pour espérer voir changer les mentalités. Mais qui dit culture à transmettre dit forcément enfants, élèves. C?est pourquoi la campagne « Un élève, un arbre » qui associe les établissements scolaires, les opérateurs économiques (pour l?achat des plants) et les communs, s?avère payante. En effet, les efforts entrepris dans le cadre de cette campagne ont déjà permis l?achat et la plantation de 8000 arbres au cours de l?année écoulée. L?optimisme aidant, la direction de l?environnement pense pouvoir en planter le double, voire le triple d?ici à mars prochain. Au fond, le but est d?amener l?enfant à aimer et à respecter la nature, seul moyen de la préserver des actes dégradants qui la ciblent en permanence. « N?avez-vous pas remarqué que le visage de Bouira est en train de changer grâce à l?opération ?Un élève, un arbre ? ? », interroge fièrement le directeur de l?environnement.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)