Alger


Bouchons monstres à Alger



"Ceux qui n'ont pas encore pris leur voiture pour se rendre à Alger, doivent s'en abstenir". Ce message a été massivement relayé hier matin sur les réseaux sociaux, (Facebook, Twitter)par les internautes qui sont déjà prisdans la nasse sur l'autoroute"Ceux qui n'ont pas encore pris leur voiture pour se rendre à Alger, doivent s'en abstenir". Ce message a été massivement relayé hier matin sur les réseaux sociaux, (Facebook, Twitter)par les internautes qui sont déjà prisdans la nasse sur l'autoroute
Est-ouest.Tous les accès sur la capitale ont étébloqués par des barrages de gendarmerie,pour empêcher les retaités del'Armée d'investir une nouvelle fois la rue, pour réitérer leurs revendications,déjà exprimées à l'occasion de précédentes manifestations qui ont d'ailleurs provoqué les mêmes bouchons dantesques."Je suis sorti de chez moi à 7 hdu matin de Bordj El Bahri, pour merendre au travail à Oued Semmar, jeviens juste de dépasser le barrage degendarmerie de Swachet, présque troisheures pour à peine une dizaine de kilométres", a raconté un internaute sur Facebook, appuyant son récit avec unephoto montrant une longue enfilade de voitures, qui sont presque à touchetouche.
Ceux qui ont cru trouver une parade en empruntant l'ancienne route Bordj el Bahri-Bourdj el Kifffan, pour accéder à l'ancienne route moutonnière, ne sont pas plus chanceux. L'embouteillage commence à partir de Beni Mered. Même constat au niveau de la cité des bananiers, pour les habitants de Bab Ezzouar, confrontés aussi au problème de la perturbation du réseau téléphonique, selon des internautes. Le blocage des accés à la capitale s'est répercuté sur tous les axes, comme Bouira vers Alger, Baraki-Baba Ali-Dar el Beida vers Alger. Une véritable galère due au fait que la Gendarmerie nationale voulait empêcher les retraités de l'ANP, de rallier la capitale pour tenir le sit-in.En effet, des retraités et radiés de l'Armée, qui tentaient hier de rejoindre la capitale, ont été empêchés par les éléments de la Gendarmerie nationale.
Des échauffourées ont éclaté dans la nuit du samedi à dimanche, à Hamam el Biban, dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj, entre des membres de l'association des anciens, retraités et radiés de l'Armée, et la Gendarmerie. Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre plusieurs groupes essayant de forcer un cordon sécuritaire, dans une atmosphère tendue. D'autres images montrent plusieurs cas de blessés, dont des victimes de balles en caoutchouc. Des images montrent également des voitures accidentées. Pour empêcher l'avancée des protestataires vers Alger, la Gendarmerie nationale a aussi installé plusieurs barrages filtrants, sur les axes routiers menant vers la capitale. Beaucoup de manifestants ont quand même réussi à atteindre la capitale. Ils se sont rassemblés devant le square Port Said, encerclé par plusieurs cordons. Plusieurs interpellations ont été effectuées, a-t-on constaté
Est-ouest.Tous les accès sur la capitale ont étébloqués par des barrages de gendarmerie,pour empêcher les retaités del'Armée d'investir une nouvelle fois la rue, pour réitérer leurs revendications,déjà exprimées à l'occasion de précédentes manifestations qui ont d'ailleurs provoqué les mêmes bouchons dantesques."Je suis sorti de chez moi à 7 hdu matin de Bordj El Bahri, pour merendre au travail à Oued Semmar, jeviens juste de dépasser le barrage degendarmerie de Swachet, présque troisheures pour à peine une dizaine de kilométres", a raconté un internaute sur Facebook, appuyant son récit avec unephoto montrant une longue enfilade de voitures, qui sont presque à touchetouche.
Ceux qui ont cru trouver une parade en empruntant l'ancienne route Bordj el Bahri-Bourdj el Kifffan, pour accéder à l'ancienne route moutonnière, ne sont pas plus chanceux. L'embouteillage commence à partir de Beni Mered. Même constat au niveau de la cité des bananiers, pour les habitants de Bab Ezzouar, confrontés aussi au problème de la perturbation du réseau téléphonique, selon des internautes. Le blocage des accés à la capitale s'est répercuté sur tous les axes, comme Bouira vers Alger, Baraki-Baba Ali-Dar el Beida vers Alger. Une véritable galère due au fait que la Gendarmerie nationale voulait empêcher les retraités de l'ANP, de rallier la capitale pour tenir le sit-in.En effet, des retraités et radiés de l'Armée, qui tentaient hier de rejoindre la capitale, ont été empêchés par les éléments de la Gendarmerie nationale.
Des échauffourées ont éclaté dans la nuit du samedi à dimanche, à Hamam el Biban, dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj, entre des membres de l'association des anciens, retraités et radiés de l'Armée, et la Gendarmerie. Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre plusieurs groupes essayant de forcer un cordon sécuritaire, dans une atmosphère tendue. D'autres images montrent plusieurs cas de blessés, dont des victimes de balles en caoutchouc. Des images montrent également des voitures accidentées. Pour empêcher l'avancée des protestataires vers Alger, la Gendarmerie nationale a aussi installé plusieurs barrages filtrants, sur les axes routiers menant vers la capitale. Beaucoup de manifestants ont quand même réussi à atteindre la capitale. Ils se sont rassemblés devant le square Port Said, encerclé par plusieurs cordons. Plusieurs interpellations ont été effectuées, a-t-on constaté




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)