Algérie - Investissements et partenariat


BNP Paribas veut se lancer dans les assurances en Algérie



Création d’une société d’assurance, lancement du crédit immobilier, ouverture d’une vingtaine d’agences bancaires par année, création d’une société de leasing, intérêt pour le CPA... Les projets de BNP Paribas en Algérie sont nombreux. BNP Paribas El-Djazaïr a inauguré, hier, sa première succursale régionale à Oran. Deux nouvelles agences seront ouvertes avant la fin de l’année, a promis Edouard François Drion, directeur général de la filiale algérienne du groupe bancaire français, devant des opérateurs économiques et des responsables politiques comme le maire d’Oran. «En quelques mois de présence, nous comptons déjà 100 clients entreprises et 500 clients particuliers», a t-il noté pour ensuite parler du développement de BNP Paribas El-Djazaïr. Les projets du groupe bancaire français en Algérie sont nombreux. «A chaque fois qu’il y a une opportunité, nous amenons en Algérie une activité de BNP Paribas. Après la banque en 2002 et l’arrivée de Cetelem, le groupe BNP Paribas a introduit une demande d’agrément pour une société d’assurance et à terme nous comptons nous lancer dans le leasing. Le marché des assurances nous intéresse. Il est très important. On s’intéresse surtout à l’assurance des emprunteurs et à l’assurance-vie. Le marché algérien se caractérise par un taux de croissance élevé et le principal frein est notre capacité à se développer très rapidement pour offrir la meilleure qualité de services aux clients», a déclaré au «Quotidien d’Oran» M. Drion pour résumer l’intérêt du groupe bancaire français pour l’Algérie. Parmi les projets, le lancement imminent, à travers tout le pays, du crédit immobilier. «Nous allons lancer un nouveau produit pour les entreprises qui est la gestion de la trésorerie nationale et internationale», a annoncé M. Drion. Le développement de BNP Paribas passe par l’extension de son réseau d’agences bancaires qui devra atteindre une soixantaine dans les prochaines années. «Nous prévoyons d’ouvrir une vingtaine d’agences en moyenne chaque année», explique M. Drion. Mais l’extension du réseau d’agences n’est pas une tâche facile. La banque française rencontre des difficultés à trouver le personnel et les locaux adéquats. «Il faut recruter, former, valider les équipes qui dirigent ces agences. Il faut construire en temps et en heure les agences, avec une qualité constante. Nous souhaitons acheter les locaux mais ce n’est pas facile. Nous cherchons également à construire un siège social de la banque», explique le numéro un de BNP Paribas El-Djazaïr. «Nous avons une stratégie à long terme en Algérie», insiste M. Drion qui ne cache pas sa satisfaction pour la mise en place du système de télé-compensation des chèques. «La mise en place de ce système est très importante», affirme-t-il, en citant des exemples de projets d’investissements financés par sa banque. «Notre capitalisation n’est pas un obstacle pour notre développement. Notre actionnaire qui est le groupe BNP Paribas a toujours répondu à nos sollicitations», souligne le directeur général de BNP Paribas El-Djazaïr. Comme de nombreuses banques françaises, BNP Paribas suit de près le dossier de privatisation du CPA.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)