Blida - Revue de Presse


BLIDA

Piratage d?électricité Au vu et au su de tout le monde, nombre de commerçants occupant les artères du centre-ville possèdent une installation électrique à l??il avec le nouveau système de connecteurs installé par Sonelgaz : il suffit à tout un chacun d?ouvrir le cache de sécurité et de fixer deux fils pour être immédiatement éclairé. La rue Khodja Khaled bénéficie de pas moins de douze lampes à fort voltage éclairant allègrement les étalages proposant aux passants tous genres de marchandises allant de la friperie aux appareils photos. Une personne du voisinage affirmera que ces commerçants bénéficiaient même de l?eau courante à l??il et qu?il avait fallu au propriétaire de la concession d?eau batailler pour leur enlever cette « manne » non tombée du ciel. Outre le fait que ces commerces informels ne paient pas d?impôt, « ils bénéficient de facilités qui incitent les contribuables à s?aligner sur eux », assure un commerçant installé non loin et qui se voit boudé par la clientèle.« Ils pratiquent les mêmes prix que moi alors qu?ils n?ont aucune charge ! », s?exclame-t-il en demandant d?opérer des vérifications sur place. Parlant de vérification et de contrôle, une autre personne s?interroge sur les véritables risques qu?encourent commerçants et clientèle du marché Didouche Mourad, communément appelé « place en-sara », où des fils électriques sont suspendus à niveau de tête, traînent au sol où des rigoles d?eau sont souvent visibles. Tout autour de ce marché sont accrochés, étalés, exposés, montrés des produits non pas nationaux mais de la marchandise « made in » qui n?obéit à aucun contrôle et laissant une impression de laisser-faire qui nuit à l?économie nationale, un découragement des bonnes volontés qui perdent confiance en l?Etat. « Comment suspendre le courant électrique pour un simple retard de paiement et permettre un piratage au grand jour ? », s?interroge un citoyen qui a fait état de voisins à qui l?entreprise n?a pas permis de terminer dans la lumière les soirées du Ramadhan. Le mécontentement envahit les commerçants qui déclarent à travers quelques-uns de leurs représentants qu?ils vont bientôt fermer boutique, déposer leurs registres du commerce et s?aligner sur ceux qui « semblent avoir finalement raison ! ».
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)