Tizi-Ouzou - Idir Aïssat

Biographie d'Aissat Idir



Biographie d'Aissat Idir
Aissat Idir naquit en 1919 à Djamaâ Sahridj, village situé près de Tizi Ouzou, au sein d'une famille paysanne de condition modeste.
Il effectua ses études primaires dans son village et poursuivit ses études à l'Ecole Normale de Bouzaréah. De là, il fut affecté au lycée français de Tizi Ouzou où il demeura jusqu'à l'obtention du diplôme de premier cycle de l'enseignement secondaire. Cependant, la situation économique de sa famille ne permettait plus de continuer à subvenir à ses besoins et il fut contraint de quitter les bancs de l'école.
En 1935, il rejoignit son oncle paternel à Tunis pour poursuivre des études supérieures en économie à l'université tunisienne jusqu'en 1938.
En 1944, Aissat Idir entra à l'usine d'aviation et ne tarda pas à être promu au grade de chef du service de contrôle administratif ; ce qui poussa l'administration de l'usine à l'envoyer au Maroc en vue d'occuper les mêmes fonctions à l'aéroport de Casablanca.

Dans ce milieu de travailleurs, ses penchants syndicalistes commencèrent à apparaître et il s'intéressa à la défense des intérêts des travailleurs algériens. Ceci conduisit ses camarades à l'élire en tant que membre de la commission exécutive des travailleurs du secteur d'Etat, qui était une commission affiliée aux syndicats communistes français.
Dans le cadre de son activité syndicale au sein de cette commission, il réalisa que les syndicats français même de tendance communiste n'accordaient pas le même intérêt aux problèmes du travailleur algérien qu'aux préoccupations des travailleurs européens.
A son retour en Algérie, l'idée de fonder une organisation syndicale algérienne commença à le préoccuper. Les idées d'Aïssat Idir suscitèrent des réserves de la part des syndicats français lesquelles commencèrent à œuvrer pour l'écarter des postes de responsabilité.
En 1951, la police française prit d'assaut l'usine dans laquelle il travaillait et il fut arrêté avec 10 autres travailleurs algériens. Ils ne furent libérés que dix jours plus tard.
Par la suite, il occupa un autre emploi à la caisse d'allocations familiales du secteur du Bâtiment et Travaux Publics et devint responsable du comité central des affaires syndicales relevant du Mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques de 1949 à 1954.

Cependant, son action en vue de propager l'idée du syndicalisme algérien fut la cause de son arrestation une seconde fois par les autorités coloniales. Le 22 décembre 1954, il fut libéré.

Les efforts d'Aissat Idir ainsi que ses démarches eurent une influence considérable sur la création en février 1956 de la première organisation syndicale algérienne, représentée par l'Union Générale des Travailleurs Algériens dont il fut nommé secrétaire général.
Ce poste lui permit de procéder à la mise en place de sections et cellules de l'Union et il continua sur cette lancée jusqu'à son arrestation le 23 mai 1956, sur ordre de Robert Lacoste, ministre –délégué en Algérie.

Arrêté le 23 mai 1956 par les autorités coloniales en raison de ses activités syndicales, il fut emprisonné à Berrouaghia et de là, déplacé dans d'autres prisons : Saint-Lo, Aflou, Bossuet et enfin, transféré à Alger pour être enfermé à la prison de Barberousse.
Parmi les accusations qui lui furent imputées par les autorités coloniales, celle d' avoir porté atteinte à la sûreté externe de l'Etat français.
Le 13 janvier 1959, le tribunal militaire prononça un jugement reconnaissant son innocence. En dépit de cela, il ne fut pas libéré mais de nouveau transféré à la prison de Birtraria où il subit les tortures les plus cruelles ; ce qui contraignit l'administration de la prison à le transférer à l'hôpital militaire.

Aissat Idir mourut le 26 juillet 1959 des suites des tortures qu'il avait subies.
L'assassinat du secrétaire général de l'Union Générale des Travailleurs Algériens suscita une large vague de réprobation et de colère de par le monde.
Des télégrammes de protestation et de réprobation furent adressés par l'Organisation Mondiale des syndicats libres, la Ligue Mondiale des syndicats, l'Union internationale des agriculteurs et des syndicalistes arabes ainsi que des syndicats communistes français.
Ces instances ne se contentèrent pas de protester mais exigèrent du gouvernement français de faire toute la lumière sur les circonstances obscures de son décès.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)
Numéro commentaire : 319719
Posté par : Chettouh amar
Profession : Gérant sarl
Ville : Hussein dey
Pays : Algérie
Date : 28/12/2016
Message : Aissat Idir un visionnaire , un homme de conviction , il a créer les base du sindycalisme Algerien il a combattu Le colonialisme corps et âme c'est un grand homme .



Numéro commentaire : 148920
Posté par : nazim dahmani
Ville : alger
Pays : Algérie
Date : 17/11/2013
Message : tres bon pasinnon



Numéro commentaire : 46861
Posté par : imene hamened
Profession : étudiante
Ville : mekla
Pays : Algérie
Date : 21/11/2012
Message : vive notre moudjahed :aissat idir;bennai ouali et la kabylie



Numéro commentaire : 46860
Posté par : imene.h
Profession : étudiante
Ville : mekla
Pays : Algérie
Date : 21/11/2012
Message : vive notre moudjahed kabyle aissat idir et vive la kabylie