Béjaia - Autres sites touristiques


Béjaia, Le fort Gouraya réclame justice



Le fort Gouraya qui, dans l’entendement commun, se confond avec le marabout de la sainte patronne de la ville de Béjaïa, est livré à la prédation et à la clochardisation. Le phénomène est d’autant plus voyant en ces moments où la ville se retrouve la destination de plusieurs milliers de visiteurs qui confluent majoritairement, voire inévitablement, vers ce repère premier de la cité qui, comble du paradoxe, attend toujours la procédure de classement comme patrimoine national.

Les longues décennies d’abandon l’ont déjà fortement déprécié et seule l’évocation vaporeuse de la sainte continue encore à forcer l’indulgence du regard chez ceux nombreux qui perpétuent sinon le rite du pèlerinage, du moins l’ascension qui les mène assouvir leur curiosité ou simplement profiter de la vue imprenable qu’offre le site juché sur le point le plus haut du mont Gouraya, à quelque 672 m d’altitude, sur la ville qui étale ses pénates en dessous, quelques mètres seulement au-dessus du niveau de la mer. Les dons et oboles déposés, en espèces ou en nature, sur les lieux par les visiteurs, pas nécessairement par inclination au rituel de la ouaâda, parce que devenant plus conséquents en ce moment de grandes affluences, aiguisent des appétits et attirent les convoitises de personnes grimées oukils ou intermédiaire inspirés entre le profane et l’esprit de la sainte patronne. Le mal fait ne se limite malheureusement pas aux séquences grossières de la duperie, mais déborde depuis peu, pour carrément mettre les lieux historiques aux centres d’enjeux qui peuvent coûter des dégradations irréversibles. Pour ainsi déloger un concurrent, parmi la faune des pseudo-élus à faire le commerce en détail de la baraka, l’on n’hésite pas ainsi à détruire sa « niche » ou ce qui tient lieu de périmètre d’activité, sans s’encombrer du moindre souci pour l’intégrité déjà très entamée du site. Un site que toutes les institutions revendiquent, mais qu’aucune en fin de compte ne prend la responsabilité de préserver pour des histoires alambiquées de textes juridiques. La dernière trouvaille revient à l’APC de Béjaïa dont le premier responsable, moyennant un document pour le moins curieux autorise une habituée des lieux qui y officie comme légataire de certains dons spirituels de la sainte à « entretenir bénévolement le fort ».

Les autorités démissionnaires
De quoi ulcérer la direction du Parc nationale de Gouraya (PNG), qui a signifié une opposition ferme à la démarche. « Le fort Gouraya, qui est un monument historique devenu le symbole de notre région, ne peut être confié à une personne physique pour assurer son entretien », avait simplement répondu la direction du PNG, s’obligeant à souligner une évidence élémentaire qui semble ne pas être à la portée de la collectivité locale. Les rédacteurs de la réponse ont cru bon, par ailleurs, rappeler la mauvaise expérience vécue avec une association, dont la dénomination se donne l’ambition de préserver et de promouvoir le patrimoine culturel de la région. L’association est, en effet, un autre acteur au rôle ambigu qui vient brouiller encore plus la situation. La relation entre les deux parties restent sur un contentieux qui a vu la direction du PNG intenter un procès à l’association qui a engagé des travaux de réfection sur le site sans autorisation et sans égard à la nature historique du fort en introduisant des matériaux de construction sortis de la briqueterie d’à côté. Chose que démentent formellement les représentants de l’association, en rappelant que la justice a débouté le plaignant sur l’affaire. La situation de no man’s land juridique du site a même autorisé les membres de l’association à tendre une tirelire aux nombreuses bonnes volonté que l’ascension mène sur les lieux pour les besoins de restauration du fort. Une collecte de fonds en somme qui, jusqu’à preuve du contraire, est soumise à une réglementation stricte. Enfin, il a rappelé la mesure prise par les précédents staffs communaux de fermer le fort, via un arrêté qui n’a pas été annulé officiellement jusqu’à ce jour et d’entreprendre une opération de restauration qui met à contribution la municipalité, la circonscription archéologique et un bureau d’études spécialisé. « Suite à cela, nous nous sommes retrouvés seuls à gérer les charlatans qui exerçaient leur activité sur place sans toutefois donner une suite concrète au contenu de l’arrêté municipal en question », note avec amertume le directeur du PNG.

Impuissance
Sur le sujet, les responsables de la circonscription archéologique n’ont d’autres pouvoirs que de laisser échapper des mots d’affliction tant tout élan d’intervention reste ligoté par des anachronismes juridiques qui condamnent l’institution à l’impuissance. Au demeurant, l’on apprendra que la circonscription, dont le staff est réduit à faire le guide pour les visiteurs sporadiques du musée Bordj Moussa, n’a plus que deux mois à vivre avant de se transformer en segment dépendant de la direction de la culture. « Le sort auquel est livré le fort Gouraya nous scandalise et il est difficile de comprendre les renoncements qui maintiennent le site hors classement, comme bien d’autres sites d’ailleurs », lâche M. Righi, responsable de la circonscription. En sus du fort Gouraya, les forts Lemercier, la Tour Doriac, le fort Sidi Abdelkader…, autant de jalons dans le circuit culturel et touristique local dont foisonne les prospectus et dépliant fringants des institutions ne sont pas classés. L’on apprendra qu’un effort de reprise en main a été engagé en 2000 avec la participation des acteurs locaux concernés. La direction de la culture devait même, via une commission de classement locale, transmettre un dossier sur la question au niveau du ministère de tutelle. Un dossier trop maigre pour déclencher la procédure escomptée, révèlent des indiscrétions. Le directeur par intérim de la direction de la culture au niveau de la wilaya (l’administration est sans responsable depuis une année), qui avoue ne pas être au courant de l’autorisation délivrée par l’APC, nous apprend quant à lui que l’étude engagée vient de s’achever cette année et comprend des aspects liés à l’exploitation du site sur le plan touristique. D’ici à ce que le projet soit retenu par les plans de développement sectoriels, puisque c’est le circuit de financement prévu pour le projet, - ce qui n’est pas nécessairement acquis - bien des pans de murs se seront encore écroulés au fort et de nouveaux esclandres auront terni l’image d’une destination emblématique de l’ancienne capitale des Hammadites qui est bien en position de quérir la aânaya (protection) de la sainte patronne pour repousser les assauts des bâtisseurs de ruines, pour reprendre le mot d’un poète, et cesser d’être gérée comme un vulgaire parking gardé.





Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)
Numéro commentaire : 14473
Pays : Algérie
Date : 08/05/2011