Algérie


Aucun rapport n'a été publié sous Bouteflika



La Cour des comptes, principale instance de contrôle et de vérification de la gestion de l'argent de l'Etat, n'a pu rendre public aucun de ses rapports annuels depuis 1999, soit pendant toute la durée du règne du président déchu Abdelaziz Bouteflika. C'est, en effet, ce qu'a révélé, hier, le président de cette institution, Abdelkader Benmarouf, sur les ondes de la Radio publique, précisant que dans toute l'histoire de la Cour, seuls deux de ces rapports annuels qui rendent compte des allocations et utilisations de ressources publiques ont pu, à ce jour, être publiés, et ce fut avant 1999, sous l'ère de l'ancien président Liamine Zeroual."Nous regrettons que nos rapports ne soient pas rendus publics, alors que la loi prévoit clairement leur publication", a tenu à expliquer le président de la Cour des comptes, en affirmant avoir saisi à cet effet les pouvoirs publics "à deux reprises", mais ces sollicitations, a-t-il dit, "n'ont malheureusement pas eu d'écho".
La non-publication des rapports annuels de la Cour des comptes, a-t-il ajouté, "coupe le cordon de l'information avec le citoyen qui est contributeur aux finances de l'Etat et qui doit donc être rassuré sur l'utilisation de l'argent public". Malheureusement, a déploré une nouvelle fois le même responsable, "cela relève d'opportunités et de décisions politiques que je ne peux commenter, car elles échappent complètement à la Cour des comptes".
Evoquant, dans ce même ordre d'idées, le principe de l'indépendance de la Cour, censé être consacré par la loi, Abdelkader Benmarouf n'a pas manqué d'admettre que le fait que le président de cette institution soit nommé par le chef de l'Etat est effectivement de nature à poser problème pour son autonomie.
Cela étant, a-t-il tenu à assurer en définitive, "la Cour des comptes a toujours accompli ses missions et transmet en moyenne une dizaine de dossiers par an à la justice".

Akli R.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)