Alger - Revue de Presse


Art

Musée des antiquités et des arts islamiques Un voyage dans le temps Le Musée des antiquités et des arts islamiques, sis au boulevard Krim Belkacem, a été inauguré en 1897, et les archéologues se sont attelés à réunir les collections dès l?année 1836. Cette galerie succède donc à son aînée, de la rue des Lotophages à la Basse Casbah. Ce musée était l?un des sites les plus visités dans... l?ancien temps. Mme Amel Soltani, la conservatrice du musée, a bien voulu nous faire une visite guidée dans ce forum des objets anciens. A première vue, toutes les salles ont été restaurées, dont l?aile spécialement aménagée pour recevoir les arts islamiques exposés auparavant à côté des pièces de l?Antiquité. Le musée est un lieu de mémoire, qui incite au voyage à travers la mosaïque des villes d?Algérie et de la verrerie de Bab El Oued. Ce sont pour la plupart des objets funéraires, extraits des fouilles effectuées dans ce quartier. Le tour de la salle des marbres ressemble à une exploration dans le temps. Les sculptures descendant de l?antique Caesaria, actuellement Cherchell, capitale de Juba II. La céramique, toutes périodes confondues, est absolument admirable. Les pièces narrent la période des Phéniciens et des Puniques (Carthagnénois). Elles sont d?origine algérienne, marocaine, turque et datent du deuxième siècle av. J.-C. Mme A. Soltani tient à préciser : « Les objets émanent des dons des particuliers, des fouilles et des achats. Le musée dispose d?un budget pour l?acquisition de pièces rares. » Malheureusement, les dons se font de plus en plus rares. La responsable du musée évolue sur du velours quand il s?agit de pièces de monnaie anciennes. Notre interlocutrice est une nimusmate née ; son mémoire de fin d?études traite des pièces numismatiques. Elle est chargée également de la gestion des collections anciennes de pièces de monnaie et est l?auteur de Note sur une monnaie de lixus du Musée national des antiquités, édité par la revue Annales, l?héritage de la mémoire. Elle nous déclare à ce propos : « Il y a aussi des pièces de monnaie de Massinissa et de ses successeurs jusqu?au dernier roi de Numidie, Juba 1er. » Le flanc réservé aux arts islamiques est une véritable caverne d?Ali Baba. Les rayons regorgent de lampes et de stucs qui datent du IVe siècle de l?hégire, correspondant au Xe siècle ap.J.-C., de la période des Hammadit, Al Moravides et Fatimides. Le lion en marbre gris de la qalaâ des Beni Hammad de M?sila (Ve siècle de l?hégire/XIe siècle ap. J.-C.) constitue le petit joyau du musée. L?objet qui a le plus retenu notre attention : une très belle reliure en maroquinerie qui conserve un manuscrit du Coran. C?est le gaba de la grande mosquée d?Alger qui date du règne de Abdi Pacha en l?an 1141 de l?hégire, correspondant à 1728. Le clou de la visite reste incontestablement le minbar de la Grande Mosquée d?Alger, construite en 490 de l?hégire (1097). Hélas ! les visiteurs se comptent sur les doigts d?une seule main en dépit d?un tarif d?accès juste et décent. Vingt dinars, qui dit mieux ! Mme Soltani abonde dans ce sens : « Quand on est gardien de musée, on se sent un peu héritier de la mémoire. Donc, il y a un travail de réconciliation pour reconquérir le public et le faire sortir de son train-train habituel. » A ce sujet, la direction a décidé de changer son fusil d?épaule et de mobiliser une bonne partie de son énergie en faveur des établissements scolaires : « Le musée est allé à la rencontre des écoliers et des lycéens avec, au menu, des conférences et des séances de projection de diapositives. » Si l?année 2003 a été couronnée de succès, il n?en demeure pas moins que 2004 a été moins chanceuse pour la direction du musée, qui s?est heurtée à l?écueil des autorisations délivrées par le ministère de l?Education nationale. L?exposition temporaire a fait son temps. Alors place maintemant à l?exposition permanente.

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)