Oran - Revue de Presse


Après une semaine de toilettage Le marché Boumezzou reprend du service

Une semaine de fermeture pour un véritable relooking, voilà quiparaissait dérisoire pour un travail soigné sur une surface aussi importanteque celle du marché Boumezzou, la plus vaste aire commerciale de toute laville. Les 105 commerçants de ce marché du centre-ville ont-ils eu réellementle temps de procéder aux travaux nécessaires au niveau de leurs étals ou deleurs échoppes ? Le «non» est unanime et ce sont seulement quelques menustravaux de peinture que nous avons pu remarquer hier matin à l'heure où lemarché reprenait du service. Devant l'imposante bâtisse, il aurait fallud'énormes échafaudages pour repeindre en entier ce marché couvert et avec celaengager des moyens financiers conséquents. Faute d'argent et faute d'idées, ila été procédé à un petit débarbouillage. Les commerçants qui n'ont pas encoreterminé les travaux entrepris ont été contraints à garder leurs locaux fermésalors que le fait du jour réside dans la disparition totale de tous lesvendeurs dits à la sauvette, ceux qui avaient depuis des années pris lieu etplace dans tous les espaces vitaux du marché grignotant le moindre centimètrecarré sur le moindre recoin. Cette absence même si elle donne une forteimpression de vide soulage de nombreux commerçants qui n'arrêtaient pas de seplaindre de cette situation, se disant gênés et dérangés par des concurrentspas toujours pointilleux sur l'hygiène. Un élément qui n'a jamais constitué laqualité cardinale de ce rendez-vous quotidien de la ménagère constantinoise.Pourtant tout le monde sait parmi ces commerçants que les «petits» vendeurs dumarché parallèle vont revenir certainement sur les lieux. A n'en pas douter,dans les prochains jours, les ambulants seront de retour et donneront du fil àretordre aux services de police. Le jeu du chat et de la souris, un sportdevenu monnaie courante dans notre pays.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)