Algérie - Revue de Presse


Après le colonel Bencherif, Lakhdar Bouragaâ s?implique dans le débat

Larbi Ben M?hidi et les faux moudjahidine Lakhdar Bouragaâ, commandant de la Wilaya IV historique, estime que la démarche de Ahmed Bencherif, en s?investissant chasseur de faux moudjahidine, n?est qu?une manière de détourner l?opinion. « Si dans le passé on recourrait aux détournements d?avions, aujourd?hui pour s?affirmer, on a tendance à détourner les opinions », a déclaré l?officier supérieur de l?ALN, en marge de la cérémonie du 50e anniversaire de l?assassinat de Larbi M?hidi par l?armée française, tenue, hier, au cercle de l?ANP à Béni Messous (Alger). Lakhdar Bouragaâ, qui dit reconnaître au colonel Bencherif « un passé révolutionnaire glorieux », ne s?empêche pas cependant de qualifier l?ancien commandant de la Gendarmerie nationale d?« inconscient ». Pourquoi ? « Il y a une vérité que tout le monde connaît et que peut-être Si Ahmed ignore : les faux moudjahidine ne sont l??uvre ni d?une personne ni d?une institution. La faute incombe à la loi pondue au lendemain de l?indépendance qui permettait d?obtenir le statut de moudjahid sur la base de trois témoignages. Voila comment le problème a pris forme », explique Bouragaâ non sans ajouter : « En fait, tout le monde est responsable de ce drame. » Depuis la création, il y a quelques semaines, de l?association pour la lutte contre les faux moudjahidine, le nom de Ahmed Bencherif, l?initiateur de l?idée, ne cesse d?être cité dans les milieux officiels. Sans en vouloir à l?ancien membre du Conseil de la révolution d?avoir créé l?association, le ministre des Moudjahidine, Mohamed Chérif Abbas, avait déclaré récemment à Oran que les chiffres avancés par Ahmed Bencherif (concernant les faux moudjahidine) « étaient fantaisistes ». Intervenant sur les ondes de radio El Bahia à l?occasion de la célébration de la Journée nationale du chahid, le membre du gouvernement avait invité Ahmed Bencherif à apporter des preuves, ajoutant qu?il n?était pas simple de parler de chiffres. En revanche, le ministre des Moudjahidine n?a pas manqué de rappeler que 10 000 moudjahidine ont été radiés depuis 1962. La cérémonie du 50e anniversaire de l?assassinat du chahid Larbi Ben M?hidi, ouverte par Mohamed Chérif Abbas, a été l?occasion de réunir la famille révolutionnaire, presque au complet. Outre la présence de Abdelaziz Belkhadem, chef du gouvernement et SG du FLN, de Abdelhamid Mehri, figure historique du mouvement national, de Mme Hassani, s?ur de Ben M?hidi, on pouvait remarquer aussi la présence de M?hamed Yala, moudjahid et ancien ministre de l?Intérieur. Des témoignages émouvants sur le chahid, de la part notamment de la s?ur du chahid et de Abdelhamid Mehri, ont été exprimés lors de la journée d?hier. Larbi Ben M?hidi, un des architectes de la révolution armée avait dit à ses bourreaux lors de son arrestation en 1957 : « Jetez la révolution dans la rue et elle sera prise en charge par le peuple. » Il fut le premier chef de la Zone V (Oran). Le martyr figure parmi ceux qui préparaient la tenue du Congrès de la Soummam, le 20 août 1956, et fut ensuite désigné membre du Comité de coordination et d?exécution de la révolution algérienne (Haut commandement de la révolution). Il a dirigé la bataille d?Alger au début de l?année 1956 jusqu?à son arrestation à la fin du mois de février 1957. Il mourut sous la torture dans la nuit du 3 au 4 mars 1957. La presse colonialiste avait vite fait de conclure au suicide.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)