Alger - Revue de Presse


Après la manipulation médiatique de Rabat



Alger remet les pendules à l?heure L?entêtement du Maroc à vouloir réduire le conflit sahraoui à un différend entre Rabat et Alger et la décision unilatérale du roi Mohammed VI de supprimer le visa d?entrée aux ressortissants algériens n?ont pas altéré les relations algéro-marocaines. Ils ont contribué toutefois à entourer de suspicions la politique algérienne de Rabat. Ces suspicions sont telles qu?elles ont contraint l?Algérie à rappeler, une fois de plus, les règles du jeu conditionnant la redynamisation de ses relations bilatérales avec le royaume du Maroc. Ce rappel, empreint de la même teneur que celui ayant caractérisé la mise au point adressée le mois dernier par Alger aux autorités marocaines, stigmatise de manière franche la responsabilité du Maroc dans le cafouillage singularisant actuellement les relations entre les deux pays et le blocage du règlement du conflit sahraoui. Tout en insistant sur l?intérêt porté par l?Algérie à ces relations « empreintes de fraternité, de cordialité et de totale franchise », cette nouvelle mise au point prévient néanmoins des conséquences pouvant découler d?une nouvelle tentative du Maroc pour entretenir la confusion. La communauté internationale et les pays du Maghreb sont, à l?occasion, pris à témoins. L?espoir de l?Algérie, selon une source autorisée citée hier par l?APS, est de « voir ses relations avec le Maroc débarrassées de toute action unilatérale et principalement ne plus être tributaires de préalables inacceptables comme la consécration du fait accompli au Sahara-Occidental et le mépris de la légalité internationale ». Cette source précise que l?Algérie situe, pour sa part, ses relations bilatérales avec le Maroc « dans un cadre juridique construit sur la base du respect mutuel, de l?intérêt réciproque et dans un esprit de fraternité et de bon voisinage ». Et d?indiquer que « de ce fait elle (l?Algérie) ?uvre avec constance et une parfaite sérénité en vue de mettre en valeur toutes les potentialités que recèlent les deux pays ». S?agissant du Sahara-Occidental, la source citée par l?APS souligne que « l?Algérie considère, à l?instar de la communauté internationale, qu?il s?agit d?une question de décolonisation à parachever et que toute solution passe inévitablement par l?exercice par le peuple sahraoui de son droit à l?autodétermination, à travers un référendum régulier et libre ». Rappelant que « les efforts consentis par tous ceux qui, au nom de la communauté internationale, se sont investis dans la recherche d?une solution juste et durable, se sont traduits par le plan de l?OUA et de l?ONU, les accords de Houston et le plan Baker », la même source mentionne que « bien qu?ayant été tous avalisés par le royaume du Maroc et le Front Polisario, l?application de ces plans et accords est aujourd?hui remise en cause par la seule partie marocaine qui persiste à ignorer la légalité internationale et à préconiser des solutions se situant en dehors de cette légalité ». Aux tentatives de Rabat d?amener justement Alger à engager un dialogue direct sur la question sahraouie, la source de l?APS a précisé que « l?Algérie réaffirme de la façon la plus solennelle qu?elle ne peut et ne veut en aucun cas se substituer au Front Polisario, représentant légitime et exclusif du peuple sahraoui ». Elle prévient, à ce propos, que « toute tentative dans ce sens ne fera que retarder la paix au Sahara-Occidental et conduire à l?impasse ».




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)