Algérie - 03- De Carthage à Rome


Antiquités algériennes



Antiquités algériennes

L'Algérie apparaît dans l'Histoire avec Massinissa, chef des tribus numides établies à l'est de Constantine, à cheval sur l'Algérie et la Tunisie actuelles.

Massinissa est élevé à Carthage, prospère colonie phénicienne implantée au nord de Tunis. Il met sa cavalerie au service des Carthaginois et combat avec eux son rival Syphax puis les Romains. Puis il change de camp et rejoint le Romain Scipion. Les Carthaginois, qui devaient lui donner en mariage la princesse Sophonisbe, fiancent celle-ci à Syphax.

Qu'à cela ne tienne. Massinissa capture Syphax et récupère sa promise. Scipion proteste car il veut exhiber Sophonisbe lors de son prochain triomphe, à Rome. Plutôt que de livrer la malheureuse, Massinissa lui donne du poison la nuit même de ses noces. «Moi, je ne perds que la vie [mais je sauve mon honneur]» aurait-elle alors dit. Pour Massinissa, la vie continue. Sa cavalerie, alliée aux légions romaines, défait les Carthaginois sous les murs de Zama, sa capitale, en 202 avant JC.

La lune de miel entre Rome et le royaume numide dure jusqu'à l'avènement de Jugurtha, petit-fils de Massinissa et neveu de son successeur Micipsa. Brutal et cynique, Jugurtha massacre les deux fils de Micipsa et réunit la Numidie sous son autorité. Il s'en prend aussi aux marchands romains. Sommé de se justifier, il tente pendant un temps d'éteindre la colère de Rome en stipendiant sénateurs et consuls. «Ville à vendre,» s'écrie-t-il en quittant Rome, «il ne te manque qu'un acheteur».

Une première armée envoyée à la poursuite de Jugurtha est battue et contrainte de passer sous le joug.

Rome envoie le consul Metellus et son adjoint Marius combattre les Numides. Après l'éviction de Metellus, Marius prend la tête des opérations avec le titre de consul. Jugurtha résiste aux Romains en pratiquant la guérilla. Mais le questeur de Marius, Sylla, soudoie son beau-père, Bocchus, qui règne sur la Maurétanie, à savoir l'Algérie occidentale et le Maroc actuel. Le roi des Maures attire son gendre dans un guet-apens et le livre en 105 avant JC aux Romains. C'est la fin des guerres numides (l'historien Salluste en a écrit le récit).

Bocchus devient le nouvel ami des Romains cependant que Jugurtha est exhibé au triomphe de Marius puis étranglé dans la prison du Tullianum, comme plus tard un autre héros national... le Gaulois Vercingétorix.

Jugurtha est revendiqué par les Tunisiens modernes comme le premier symbole de la résistance nationale à l'oppression. Habib Bourguiba, fondateur de la Tunisie moderne, se présentait volontiers comme son héritier.

En 46 avant JC, Jules César annexe le royaume de Maurétanie et le transforme en une province romaine. Les Romains fondent des villes prospères dont subsistent de glorieux vestiges : le port de Tipasa, à l'ouest d'Alger, Cherchell, Lambésis, Hippone, Cuicul,...

La plus célèbre est Timgad, construite par l'empereur Trajan vers l'an 100 pour défendre la plaine orientale de l'Algérie contre les montagnards des Aurès. Pas plus que les envahisseurs qui leur succèderont, les Romains n'arrivent à soumettre les populations indigènes des montagnes : pasteurs semi-nomades héritiers des Numides, que l'on appelle alors Berbères, du mot grec barbare.






Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)