Algérie - Autres journalistes

Amine BEDJAOUI, JOURNALISTE


Amine BEDJAOUI, JOURNALISTE
Amine BEDJAOUI
JOURNALISTE

C’est en 1980 que Amine BEDJAOUI débuta sa carrière professionnelle en qualité d’enseignant au sein d’un institut de technologie agricole. A la même période, il défend les couleurs nationales avec l’équipe algérienne de judo civile et militaire. Ceinture noire 4ème dan en Judo, 1ère Dan en Aïkido, athlète d’élite, il fut champion d’Algérie en juniors et seniors et du Maghreb avant de devenir entraîneur et arbitre national.

Son sens prononcé pour les belles lettres et le journalisme ont fait qu’il entame en 1981 une nouvelle carrière dans le monde de la presse en qualité d’abord de correspondant avec le journal El Moudjahid et en collaborant également avec la radio chaîne 3 et la radio française RTL dans la couverture des activités se déroulant à travers la wilaya de Tlemcen et en Algérie. Avec l’avènement de l’ouverture de l’espace médiatique vers le privé, il ne tarda pas à créer le journal EDDALIL, une publication bien accueillie mais qui ne dépassa pas le numéro zéro faute de moyens financiers conséquents.

Vers le début des années 1990, il contribue au déploiement de plusieurs titres avec l’implantation et la direction des bureaux régionaux d’El Watan, d’El Moudjahid, de l’Echo d’Oran, de LIBERTE. Membre fondateur honoraire du Soir d’Algérie, il a été également à l’origine de l’ouverture à Tlemcen du premier bureau du Soir d’Algérie au niveau national.

Il fut la proie des islamistes qui lui reprochèrent multiples humiliations, ce qui lui a valu en 1991 un regroupement spectaculaire et menaçant devant son bureau de plusieurs milliers de manifestants poussant des cris de haine et de mort à son encontre. Polémiste, ses écrits miels et fiels dérangeaient aussi certains cercles habitués le plus souvent par des articles révérencieux et complaisants. Démocrate convaincu, il s’est illustré avec le quotidien El Watan par des écrits défendant les libertés et dénonçant avec force la corruption sous ses formes. Il mena une lutte implacable contre les passe-droits dont on fait preuve certains responsables de l’administration ou de l’armée. Ses positions courageuses et engagées lui ont valu de nombreux démêlés avec la justice dans des procès imaginaires pour diffamation qui ses sont tous soldés par des non-lieux cinglants de vérité. La dilapidation des deniers publics, la rapine, le laxisme et les dépassements ont été combattus avec vigueur par et fermeté dans les colonnes de la presse nationale.

Après une riche expérience vécue avec la presse privée ( Le Soir d’Algérie, El Watan, LIBERTE…), il s’oriente par la suite vers les organes publics notamment l’APS, la Radio algérienne (Chaîne3), sans oublier son crochet effectué avec l’agence API (Agence de la Photographie et de l’Information). il contribue à la fondation de l’association nationale des journalistes et des écrivains du tourisme dont il est le vice président. Il est également membre fondateur de l’association des journalistes et correspondants de la wilaya de Tlemcen, membre de l’association mondiale des journaux. En l’an 2000, le Prix de la presse lui accorde une mention en France.

Lors de la campagne électorale des présidentielles d’avril 99, il fait partie de la cellule de communication du président de la république. Dans les différents déplacements de la campagne électorale de M. Abdelaziz BOUTEFLIKA, alors candidat aux présidentielles, M. Amine BEDJAOUI contribue activement à sa réussite du fait de sa parfaite connaissance du " milieu". Cheville ouvrière de cette cellule, il réussit à mettre en place un dispositif qui a permis d’assurer une meilleure fluidité de l’information, notamment pour la presse internationale et les grandes chaînes de télévision. Sollicité pour prendre en charge des postes de responsabilités à Alger, il décline l’offre pour regagner Tlemcen, sa ville natale en vue de créer et de faire renaître de ses cendres le journal " Le petit Tlemcénien " (www.membres.lycos.fr/ptlemcenien ).

Elu à la tête de l’APC de Tlemcen le 10 octobre 2002, le destin a voulu que notre confrère soit le Maire de Tlemcen, la 5ème ville d’Algérie. une responsabilité lourde mais dans les cordes de notre collègue, qui avec ses aptitudes, son inspiration, son sens des relations humaines et sa compétence, aurait pu redonner à la ville de Tlemcen son illustre d’antan. I l rend son tablier lorsqu’il s’aperçoit que ce qu’il envisage pour sa ville natale est si grand, qu’il y avait peu de chance qu’il trouve un écho auprès du reste des élus.

Confronté soudainement à la dure réalité de l’esprit de la rente, il démissionne en Mai 2003, sans auparavant dénoncé à travers la presse nationale les comportements et les pratiques indignes de certains responsables de l’époque. il réintègre la radio algérienne et occupera également une fonction de chargé d’étude au sein de l’Office National des droits d’auteurs.
Il préside à la destinée d’une Radio Locale à Aïn Témouchent ( www.aintemouchentfm.com ) dont il est le chef de projet depuis Juillet 2006 jusqu’à son inauguration le 26 mars 2008. M. Amine BEDJAOUI sera aussitôt confirmé comme directeur de RADIO AIN TEMOUCHENT à cette occasion. Au bout d’une année d’intense activité, la radio d’Ain Temouchent, avec sa jeune équipe d’antenne, s’imposera dans la région par ses programmes digests et une étroite relation avec les auditeurs, jouant ainsi pleinement son rôle de radio de proximité. Amine BEDJAOUI quittera les lieux et sera promus en septembre 2009 en qualité d’Inspecteur Régional des Radios Locales de l’Ouest d’Algérie ( Oran, Tlemcen, Sidi Bel Abbes, Mostaganem, Relizane, Tiaret, Mascara, Saida, Chlef, Ain Temouchent).

Said B.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)
X

Notre page facebook