Alger - Aérien


ALGER, L’accord entre l’Algérie et le Canada signé aujourd’hui. Ciel dégagé pour la ligne Alger - Montréal.



Le ciel est dégagé pour une liaison aérienne directe entre Alger et Montréal. Le dernier obstacle qui empêchait la compagnie aérienne nationale Air Algérie de desservir la ville canadienne à partir d’Alger vient en effet d’être levé, avec la signature aujourd’hui d’un accord entre l’Algérie et le Canada.

L’annonce a été faite hier par le ministère des Transports dans un communiqué transmis à notre rédaction. «Les représentants de l’Algérie et du Canada sont parvenus, à la suite des efforts déployés par les deux parties, tant au niveau technique que diplomatique, à la conclusion d’un accord bilatéral sur le transport aérien», indique le communiqué. Selon cette source, le paraphe de l’accord aura lieu aujourd’hui dans la capitale canadienne Ottawa. Rien n’a été dit sur la date d’ouverture de cette ligne. La conclusion d’un accord aérien algéro-canadien était le préalable indispensable posé par les autorités aériennes canadiennes avant toute ouverture de lignes entre les deux pays. L’ouverture d’une première ligne entre les deux pays reliant Alger à Montréal était sur le point d’aboutir en avril dernier après que la compagnie Air Algérie eut obtenu des autorités de l’aviation civile canadienne le certificat d’exploitation nécessaire et n’attendait plus que la licence d’exploitation pour lancer les ventes pour son programme estival 2006. Le certificat d’exploitation concerne les aspects techniques du projet tandis que la licence d’exploitation que délivre un autre organisme concerne les aspects commerciaux. L’ouverture de la ligne Alger - Montréal devait intervenir, selon la compagnie nationale, en juin dernier à raison de deux vols par semaine au profit, en premier lieu, des quelque 45.000 Algériens résidant au Canada. Mais le 2 mai, Air Algérie annonça ne pas pouvoir ouvrir sa nouvelle desserte Alger - Montréal en juin, après qu’elle eut été informée par les autorités canadiennes que la délivrance de l’indispensable licence d’exploitation est conditionnée par la conclusion d’un accord aérien entre les deux pays. La liaison directe entre Alger et Montréal est convoitée depuis plusieurs mois par Air Algérie. L’enjeu de cette ligne est double. D’abord offrir une solution de transport à la communauté algérienne basée au Canada et capter la demande croissante de la part des hommes d’affaires canadiens de plus en plus nombreux à venir en Algérie, attirés par le gigantesque plan quinquennal de relance économique de 80 milliards de dollars annoncé par le Président Abdelaziz Bouteflika en 2004. Les entreprises canadiennes profitent largement de ce plan. Le renouvellement de la flotte d’Air Algérie avec l’acquisition de 40 avions moyen-porteurs intéresse fortement le constructeur canadien Bombardier qui vient d’être choisi par la compagnie aérienne Tassili Airlines, propriété de Sonatrach, pour la fourniture de quatre avions pour plus de 80 millions de dollars. Des projets qui ont sans doute pesé dans la décision des autorités canadiennes d’autoriser Air Algérie à desservir Montréal.

Toutefois, certains spécialistes de l’aérien doutent de la rentabilité d’une telle ligne dont le temps de vol est estimé à huit heures. En dehors de l’été et le retour au pays des Algériens basés au Canada, les voyageurs vont sans doute manquer durant les autres saisons. «Pour desservir le Canada directement, il faut des quadriréacteurs, sinon la compagnie aérienne doit répondre aux normes techniques ETOPS qui permettent aux compagnies qui s’y conforment de traverser l’Atlantique avec des bimoteurs. Air Algérie peut le faire avec des nouveaux Airbus A330, mais ce sont des biréacteurs», explique un spécialiste de l’aérien. La réglementation ETOPS exige des compagnies aériennes beaucoup de sérieux et de rigueur dans la maintenance et l’entretien des avions. En général, en cas de panne moteur, le deuxième moteur peut tenir au maximum une heure, entre-temps, l’avion doit se poser sur l’aéroport le plus proche. La traversée de l’Atlantique ne donne pas cette possibilité. Du coup, la traversée de l’Atlantique est un véritable défi pour Air Algérie.





Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)