Alger - Jardin de Prague à Bab El Oued: Un bel espace vert en décrépitude





Le jardin de Prague (ex-Marengo), dans la commune de Bab El Oued, est l’un des espaces verts les plus beaux de la capitale.

Il est une véritable référence urbaine, qui continue d’attirer et d’émerveiller les habitants et les visiteurs. Il est quotidiennement fréquenté, notamment par les personnes âgées, qui y passent de longues heures à lire un journal, à discuter ou à méditer. Une méditation qui n’est toutefois pas pour apaiser les esprits.

«Au contraire !» tonne un retraité, qui dit assister à une décrépitude continuelle de ce jardin, censé bénéficier de tous les égards de la part des services de la wilaya.

«Il est le dernier refuge des retraités des quartiers limitrophes. Il est leur deuxième demeure. Nous avons, à maintes reprises signalé des anomalies, mais en vain», ajoute, amer, notre interlocuteur, qui nous invite à faire quelques pas ensemble.

Offusqué, il nous montre des allées dont la chaussée est dégradée sans que l’on procède à leur réfection, des canalisations d’assainissement bouchées, des ordures qui jonchent le sol, des petites œuvres d’art et une coupole à l’abandon, etc.

La nuit, ajoute un autre homme, d’un certain âge, cet endroit est dangereux: «Des voyous, des ivrognes et des drogués occupent les lieux. Même si le portail est fermé, ils trouvent toujours le moyen de s’y introduire. Ils sont la principale origine de la saleté qui ronge les lieux.»

Lors d’une tournée effectuée sur place, l’on a découvert de nombreux agents qui irriguaient et s’affairaient à aménager une partie du jardin. Ce sont des agents de l’Etablissement du développement des espaces verts d’Alger (Edeval).

Interrogé, un jeune travailleur admet que cet espace vert est certes en dégradation, mais l’on continue à veiller sur les plantes et les arbres.

«On fait de notre mieux», indique-t-il, précisant toutefois que l’on a besoin de l’implication de tous les services pour que les lieux retrouvent leur magnificence d’antan.

En fait, l’on apprend qu’un budget a été dégagé pour que des travaux y soient effectués, mais l’on tarde toujours à lancer le chantier. Un retard interprété par les habitués comme un manque d’intérêt pour ce jardin, qui ne semble exister, aux yeux des responsables, que sur papier.

«Depuis des mois, une partie a été clôturée pour les besoins des travaux du métro d’Alger. L’on aurait aimé que l’on procède également au lancement des travaux de réhabilitation du jardin et tout réceptionner à la fois», propose un citoyen

. Ce jardin, faut-il le préciser, accueille en son sein une polyclinique ainsi qu’une crèche. A partir de l’année prochaine, il sera desservi par l’extension de la ligne 1 du métro. C’est pourquoi il est plus qu’urgent de songer à y assurer un meilleur entretien et le rendre plus accueillant.

«La réhabilitation du centre de la capitale ne doit pas se limiter au replâtrage des façades d’immeubles, Alger c’est aussi ses jardins et ses espaces verts», souligne, à juste titre, notre interlocuteur.


Djamel G.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)
X

Notre page facebook