Alger - Associations de la santé


Alger, Installation solennelle de l’Ordre des médecins

Le Conseil national de l’Ordre des médecins a été installé, jeudi dernier, à l’hôtel Hilton, à Alger, en présence du ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Amar Tou, et des anciens ministres de la Santé, à l’image du professeur Ziari et Yahia Guidoum.

La cérémonie solennelle d’installation de la nouvelle mandature du conseil a été l’occasion pour son président, le docteur Mohamed Bekkat-Berkani, de rappeler aux membres nouvellement élus la « lourde tâche qui les attend pour donner un nouvel élan à leur institution », tout en soulignant l’impératif de « bannir le laxisme dans l’activité médicale ». Le docteur Bekkat a exhorté ses collègues à « s’astreindre à des règles disciplinaires » pour redonner confiance aux malades. « Désormais, il faut prodiguer les meilleurs soins dans les meilleurs délais », a-t-il martelé. Dans son intervention, le ministre a, pour sa part, appelé le corps médical à plus d’abnégation pour mettre un terme aux nombreuses erreurs médicales et dérives relevées ces dernières années. Pour lui, l’élection de ce conseil « vient combler un vide juridique » en la matière. Amar Tou a assuré le corps médical de la volonté des pouvoirs publics et de la disponibilité de son département à « travailler ensemble pour le bien de tous ». Pour le ministre de la Santé, l’installation de ce conseil permettra au corps médical de se prendre en charge et d’instaurer un dialogue fructueux avec les pouvoirs publics. Rappelons que le Conseil national de déontologie médicale a été élu le 21 septembre dernier ainsi que le Conseil national de l’Ordre des médecins pour un mandat de quatre années.







Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)