Alger - Autres événements culturels


Alger, En perspective des soirées ramadhanesques, Solidarité et culture de proximité



Souffrant de l’incurie culturelle, le citoyen profitera des soirées qu’organisera l’Epic de wilaya. Telles sont, du moins, les assurances des responsables de cet établissement à qui a été confiée l’organisation des spectacles pendant les soirées ramadhanesques. Les activités culturelles et artistiques pour ce mois de jeûne seront placées, atteste-t-on, sous le signe de « la culture de proximité et solidarité ».

Les gens du spectacle feront ainsi une virée intéressée chez les personnes dont on ne se soucie que rarement l’année durant. Six centres pour personnes âgées seront, à cet effet, visités. C’est ainsi que les centres de Dély Ibrahim, Sidi Moussa, Dar El Hassana et Dar Errahma seront concernés. Les structures hospitalières de la capitale et de sa périphérie ne sont pas en reste. Treize hôpitaux seront, pour ainsi dire, touchées par des présentations culturelles. Il s’agit des hôpitaux de Kouba, Aït Idir, Nefissa Hamoud (ex-Parnet) et de Ben Aknoun. Les structures de l’Etablissement Arts et Culture accueilleront les festivités de ses soirées ramadhanesques dont raffole le public algérois, sevré de pareils événements. A cette occasion, des rencontres littéraires ainsi que des récitals de poésie et des expositions de peinture y seront organisés. Organisés tous les après-midi, les mercredi du Verbe auront lieu en soirée. Les 26 médiathèques, sentant l’ennui, retrouveront, aux dires de ces responsables, l’animation, l’espace d’un mois. Les planchers de la salle de spectacles Ibn Khaldoun et du théâtre de Verdure seront, en conséquent, boudés en ce mois de Ramadhan. La raison enest les travaux de réfections y sont prévus en prévision de l’événement « Alger, capitale de la culture arabe », attendu pour mai 2007. Toujours décrié dans son travail par les habitués, l’Etablissement Arts et culture ne déroge pas à la tradition qui s’est instaurée depuis des lustres. De sa côté, le transporteur public en commun, l’Etusa, compte assurer ses lignes pendant les soirées du Ramadhan. « Durant la première quinzaine du mois de jeûne, les horaires de travail de nos effectifs seront de 19 h à 23 h 30, tandis que durant la deuxième moitié de ce mois, ce sera de 19 h à 1 h 30 », atteste M. Hellal, directeur de l’exploitation à l’Etusa. « Les dessertes de nos bus à partir de la gare routière du Caroubier, gérée par la Sogral, sont tributaires de son ouverture en soirée », ajoute notre interlocuteur. Il est à noter, par ailleurs, que le cirque italien Il Florilégio connaîtra un engouement impressionnant, son chapiteau dans l’enceinte même de l’Office des Parcs et Loisirs d’Alger (OPLA). La ferveure des Algérois pour les spectacles déterminera, à coup sûr, les dessertes dans cette direction. Vingt lignes seront ainsi assurées par les bus de l’ex-Régie syndicale, atteste M. Hellal. Il s’agit ainsi des dessertes assurées à partir de la Place du 1er Mai vers la Place des Martyrs, Ben Aknoun, Aïn Naâdja, Bab El Oued, Hydra, Bir khadem. De l’ex-Place Maurice Audin, à Alger-Centre, les bus de l’Etusa relieront El Mouradia, El Biar et El Madania. Deux autres lignes seront maintenues pour la commune d’El Harrach, Bachedjarrah, ainsi que plusieurs autres destinations. Ayant sous sa responsabilité les téléphériques, deux des plus fétiches seront mis en fonction par l’Etusa. Le téléphérique d’El Madania fonctionnera normalement durant le mois de Ramadhan, alors que l’ouverture du téléphérique menant à Riadh El Feth dépendra des activités qui s’y dérouleront. « S’il s’avère qu’aucune activité culturelle ou économique n’y est prévue pour les soirées durant ce mois de jeûne, nous n’allons pas assurer cette ligne », conclut M. Hellal.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)