Alger - Télécommunication


Alger, Algérie Télécom offre de la fibre optique à domicile



Le ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication a effectué, hier, une tournée à Alger.

Une visite qui l’a conduit, en premier lieu, au central téléphonique de Hydra où il a assisté au lancement d’un tout nouveau service appelé la FTTH (Fibre to the home) ou la fibre optique à domicile. Une technologie de pointe et une nouvelle génération après l’ADSL qui permet aux foyers d’avoir accès et au même temps à l’Internet, la voix sur IP, la télévision sur IP et la vidéo sur commande à une vitesse qui va de 10 à 15 méga-octets. Sur place, la délégation qui a accompagné Boudjemâa Haïchour à assisté en «live» à une vidéoconférence qui a relié le central téléphonique au premier abonné FTTH d’Algérie Télécom. Un nouveau service qui, à moyen et long terme, pourrait intéresser les familles et surtout débarrasser les terrasses de nos immeubles des encombrantes paraboles, grâce à une simple ligne de fibre optique. Pour le moment, l’opérateur public compte à peine une centaine d’abonnés et dont la plupart sont des entreprises et des banques. Chose somme toute compréhensible quand la connexion coûte annuellement la bagatelle de 100.000 DA. Mais le ministre de tutelle est persuadé que les prix d’accès baisseront avec le temps et surtout avec la généralisation de l’utilisation de la fibre optique à domicile, comme ce fut le cas pour la téléphonie mobile. Il est utile de préciser qu’Algérie Télécom dispose d’un parc de 334 lignes.

Boudjemâa Haïchour a, ensuite, visité le bureau de poste «liftée» de cette même localité où il s’est longuement entretenu avec les employés et où il a mis l’accent sur la qualité de service et l’accueil des citoyens.

En dernière escale, le ministre s’est rendu au centre de chèques postaux sis à la place des Martyrs. Sur place, il a rappelé que les chèques sont appelés à disparaître pour être remplacés, comme de par le monde, par des cartes de payement. L’on apprend sur place que le centre imprime annuellement quelque 18.000 carnets de chèques dont 5.000 pour Oran, 5.000 pour Constantine et 2.000 pour Annaba. Les travailleurs ont exposé au ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de Communication notamment le problème de clients qui demandent des carnets de chèques mais qui ne viennent pas les récupérer une fois imprimés. Signalons enfin que la poste compte chaque année 700.000 nouveaux titulaires de CCP.






Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)