Aïn Temouchent : Les stomisés s’organisent



Aïn Temouchent : Les stomisés s’organisent

Le problème majeur du stomatisé est l’indisponibilité de la poche appropriée .


Pour se réunir, les stomisés ont dû se contenter d’une salle à Aïn Tolba loin du chef-lieu de wilaya, cela contrairement aux associations qui, ces jours-ci, invitent au calme en prévision de la manifestation nationale du 12 février.

Mais qui sont les stomisés? Ce sont des personnes qui ont perdu l’usage normal de leur vessie ou de leurs intestins. Ils ont dû, de ce fait, subir une intervention chirurgicale qui permet, par une incision sur l’abdomen, de réaliser une ouverture pour l’évacuation des selles ou des urines. Ces dernières sont recueillies dans une poche qui se fixe sur l’ouverture pratiquée. À Aïn Tolba, les stomisés n’étaient qu’une poignée. Les statistiques de la direction de la santé n’en dénombrent que 18 à travers la wilaya. Bekkouche Lakhdar et Ksal Ahmed, deux infirmiers se sont dévoués à leur cause, le but étant de rendre autonome le stomisé : «Il faut qu’il puisse, tout seul, arriver à enlever sa poche une fois pleine et installer sans aide une nouvelle, reconnaître une poche de qualité d’une qui ne l’est pas, savoir laquelle des poches correspond à son cas pour éviter les allergies et, enfin, se prodiguer lui-même les soins à sa portée».

L’autre problème majeur du stomatisé, c’est l’indisponibilité de la poche appropriée ou de la poche tout court, indiquent nos interlocuteurs : «Il faudrait arriver à créer une maison du stomisé afin de les fédérer d’une façon plus concrète». En outre, estiment Bekkouche et Ksal, la prise en charge médicale doit-être plus conséquente au sein des institutions sanitaires : «Il est inconcevable qu’aux services de chirurgie et de médecine interne, il n’existe pas un stomathérapeute, c’est-à-dire un infirmier ayant bénéficié d’une formation supplémentaire qui lui permette d’assurer la prise en charge des stomisés. Il est également impensable qu’il n’existe pas de psychologues qui aident les stomisés à accepter leur sort avant et après la stomie. A Témouchent, faute de cela, une femme s’est laissé mourir pour ne pas se trouver toute sa vie enchaînée à une poche. Pourtant un stomisé peut faire du sport, se marier et avoir des enfants».
Mohamed Kali




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)