Ain Témouchent - Enfance, Innocence


AÏN TEMOUCHENT, Les droits de l’enfant en débat.



AÏN TEMOUCHENT, Les droits de l’enfant en débat.

Membre permanent du Conseil économique et social des Nations unies (ECOSOC) depuis 2001, la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche a organisé une rencontre ayant pour thème l’évolution de la recherche relative au phénomène sans cesse croissant de la toxicomanie en Algérie et les moyens de lutte à mettre en oeuvre pour réduire ses effets néfastes et scandaleux qui touchent principalement «les franges d’âge allant de 18 à 60 ans», selon le président de la FOREM, en l’occurrence le professeur Khiati Mustapha.

Au fait, les principales activités de l’ODE s’inscrivent plus particulièrement dans les études liées aux enfants abandonnés, la maltraitance des enfants, les enfants handicapés, le travail des enfants, les enfants traumatisés par la violence, les enfants de la rue, la toxicomanie chez les enfants et la ségrégation envers les filles.

La FOREM axe d’une manière particulière son champ d’action sur les maux sociaux touchant l’enfant, son éducation, ses droits. Par ailleurs, le conférencier a déclaré que l’ODE a mis en place «un numéro vert (1555) «pour apporter une écoute, protéger les enfants en danger et parfois apporter des solutions durables aux problèmes des enfants». Aussi, le conférencier assure la diffusion des résultats des études et enquêtes aux médias et décideurs afin de contribuer à lutter contre la maltraitance et le travail des enfants en Algérie.

Sa venue à Aïn Témouchent entre aussi dans «le cadre des campagnes d’information visant à toucher le plus large public possible pour le sensibiliser sur ces questions».






Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)