Algérie - Revue de Presse


Afrique-Asie

Une agence de garantie des investissements De hauts responsables de près de 50 pays africains et de 14 pays d?Asie participent à la conférence internationale de deux jours sur le développement en Afrique qui se tient à Tokyo. Plus de 20 pays d?autres régions et 20 organisations internationales ont également envoyé des représentants. Cette conférence, connue sous le nom de TICAD (Tokyo International Conférence on Africain Development), est organisée par le Japon, la Banque mondiale, les Nations unies et d?autres organisations internationales. La réunion de cette semaine, dont les travaux se sont ouverts avant-hier, est la suite de la troisième TICAD organisée l?année dernière. La TICAD est une initiative japonaise lancée en 1993 qui se tient tous les cinq ans. Les dirigeants d?Afrique ont saisi cette occasion pour appeler les pays d?Asie à investir davantage sur ce continent de plus de 750 millions d?habitants. Le président nigérian Olusegun Obasanjo, qui préside l?Union africaine, s?est lancé dans un plaidoyer où il a insisté sur « les réformes en cours en Afrique » qui, assure-t-il, « font de ce continent un terrain fertile pour l?investissement ». Fort de son statut d?initiateur du Nouveau partenariat pour le développement de l?Afrique (NEPAD), un programme lancé par l?Afrique du Sud, l?Algérie, l?Egypte, le Nigéria et le Sénégal, M. Obasanjo a plaidé pour la promotion des réformes économiques et politiques ainsi que l?investissement en provenance de pays développés. « Les gouvernements amis doivent aider le secteur privé de leur pays à prendre confiance dans l?investissement », a-t-il déclaré à ce propos. M. Obasanjo a insisté sur la nécessité de créer un centre d?investissement Japon-Afrique et d?une nouvelle agence de garantie des investissements asiatiques en Afrique. Abondant dans le même sens, le président kenyan Mwai Kibaki a, de son côté, souligné les opportunités d?investissement en infrastructures sous l?effet de l?urbanisation rapide du continent et de la modernisation de la distribution d?énergie, des ports et des voies ferrées. Il a indiqué qu?« au cours de la dernière décennie, l?important potentiel d?attraction d?investissements de l?Afrique a été inhibé par l?instabilité politique et l?insécurité dans certains pays », avant d?ajouter : « Cependant, cette situation est en train de changer rapidement. » R. E.

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)