Alger - A la une


«...A voté», déjà !



«...A voté», déjà !
Reprenons: les candidats aux prochaines élections sont filtrés par «l'Administration», alias le système, alias le Pouvoir, alias pas nous mais eux. Ensuite les candidats sont interrogés par la police et la gendarmerie avant de se faire élire, alors qu'il faut le faire après leur mandat selon la loi de déclaration de patrimoine. Ensuite, on valide et on rejette et on exclut selon soi, selon le wali qui a, de par la loi, le pouvoir discrétionnaire de rejeter une candidature (on nous l'a cachée, cette loi). Ensuite, on achète des urnes transparentes à quelque 200 millions de dollars (les anciennes ne l'étaient pas '). Et ensuite, quand tout sera fait et défait et refait, on vous appellera pour voter, c'est-à-dire valider. Reprenons donc: le vote est un choix mais on n'a pas le choix de ne pas voter, ni même de parler de ne pas voter. Le MJIC, Mouvement de la jeunesse indépendante pour le changement, a vu certains de ses membres arrêtés à Alger parce qu'ils distribuaient des tracts appelant à ne pas voter. La raison ' Le vote n'est pas un choix mais c'est un choix obligatoire de le choisir et de voter. Absurde. La raison ' Evidente: le vote est destiné à l'exportation, comme certaines dattes du Sud. Pas le choix des électeurs mais le taux de participation. C'est d'ailleurs un référendum, un plébiscite des «réformes». Ensuite, c'est un mouvement de jeunes et le vote, le prochain, est un choix de vieux. Du système vieux, de ses vieux, de sa vieillesse, de l'emploi de vieux et du vieillissement précoce de la population assise entre la ride et l'évocation. Il y a dans l'arrestation de ces militants du biologique, du politique. Du persistant contre le naissant. De la relique contre le nouveau monde.
Donc Bouazizi est mort, Kadhafi aussi, Moubarak presque, Ali Salah un peu, Bachar déjà, Benali absolument, mais ici, chez nous, rien. Rien n'a changé. Les mêmes méthodes, la même propagande, les mêmes interdictions de dire non ou de dire que je vote autrement, la même administration qui vote et signe avant le peuple, le même jeu de liste et d'ailleurs les mêmes partis mais avec d'autres sigles et les mêmes pouvoirs accordés au wali et ôtés des mains du peuple. On ne démocratise pas un système avec un discours. D'ailleurs c'est l'une des étonnantes croyances de l'ancienne génération au pouvoir: croire que donner des instructions suffit pour provoquer la pluie. Croire que «jurer» est «changer». Le système actuel n'acceptera que ce qu'il voudra. Le vôtre est contrôlé, balisé, fixé. On aurait pu croire que c'est un vote si on avait le droit de dire que je ne veux pas voter mais ce n'est pas le cas. Un ancien membre du Conseil constitutionnel l'a même expliqué à l'ENTV: ceux qui ne votent pas sont des hors-la-loi, des repris de justice et on peut les retrouver, à partir du 11 mai, car ils n'auront pas d'encre noire sur l'index gauche. «A voté» est déjà tamponné sur certains dos. Beaucoup.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)