Oran - Patrimoine Immobilier


538 immeubles menacent ruine à Oran

Cinq-cent trente-huit immeubles menaçent ruine à Oran. Tel est l?état du patrimoine immobilier d?El Bahia effectué récemment par les services de l?Office de promotion et de gestion immobilière d?Oran (OPGI). Sur les 538 bâtisses menaçant ruine, 466 appartiennent à l?Etat et gérées par l?OPGI et 66 propriétés privées. Ce chiffre représente un patrimoine de 1471 logements vétustes abritant 3158 familles. La localisation de ces immeubles montre que tous les quartiers de la ville d?Oran sont touchés. Le même constat révèle, à titre indicatif, que 106 immeubles menacent ruine au quartier Ed Derb, 102 à Sidi El Houari, 47 à Saint Eugène, 37 à Saint Antoine, 27 au quartier Le Plateau, 25 à Gambetta, 25 à Saint Pierre, au centre-ville, Eckmühl, Choupot, etc., tous constituent une réelle menace pour leurs habitants. Même les villes comme Arzew et Aïn El Turck sont concernées par ce phénomène. En effet, à chaque décrue ou intempérie, la comptabilité macabre des effondrements s?allonge inexorablement. Depuis le début de l?année, pas moins de 160 effondrements partiels ont été enregistrés à travers les quartiers de la ville d?Oran. Pour la seule semaine du 5 au 8 novembre en cours, pas moins de 8 effondrements partiels ont été comptabilisés à Sidi El Houari, Sidi El Hasni et Ed Derb. Pour rappel, le triste record de l?année 2003, qui a enregistré 135 effondrements, a malheureusement été déjà battu. Le 25 avril dernier, un immeuble appartenant à un privé s?est effondré subitement sur ses occupants faisant un mort, quatre blessés graves et 62 familles sans abri. Par ailleurs, Oran souffre également d?un autre phénomène, celui des infiltrations d?eaux qui menacent la sécurité de ses habitants. De nombreux quartiers, à l?instar de Yaghmoracen, le Plateau, Choupot et Médioni, vivent dans la hantise d?un effondrement ou d?un affaissement de terrain. Plusieurs affaissements spectaculaires ont été recensés à travers les quartiers d?une ville qui, il faut le souligner, est devenue complètement vétuste. Celui de la rue des S?urs Benslimane réalisée, faut-il le rappeler encore une fois de plus sur un lit d?oued, est édifiant. Le légendaire boulevard Front de mer - la vitrine et l?objet narcissiques des Oranais - montre des signes d?essoufflements inquiétants. Sa paroi, qui fait face au port, est totalement rongée par les eaux souterraines qui fragilisent de plus en plus sa structure. A ce propos, une étude de confortement est toujours en cours mais elle tarde à être concrétisée. Sur un autre registre, non moins important d?ailleurs, les services techniques du CTC ont recensé pas moins de 5 000 bâtisses et autres constructions qui ne répondent pas aux normes.

44.Rue de Tlemcen :ORAN. Effondrements successifs dans un immeuble par J. Boukha journal quotidien Oran du 21/08/2013 Les occupants de l'immeuble N°44, rue de Tlemcen, lancent un appel aux autorités locales, vu l'état dans le quel se trouve leur habitation. Occupé par plusieurs familles, l'immeuble en question date de l'ère coloniale et présente un danger permanent pour la vie des locataires. Il y a quelques semaines, cette bâtisse a été le théâtre d'un important effondrement. Une grande partie du plafond d'un appartement situé au 3ème étage s'est effondrée. L'effondrement a causé des blessures à une femme âgée de 54 ans. Les mûrs sont lézardés et menacent de s'effondrer à n'importe quel moment. «Notre immeuble a été le théâtre de plusieurs effondrements partiels successifs», dira un locataire. La peur de l'effondrement total hante leurs pensées. Des murs fissurés, des toits au bord de l'effondrement, une terrasse présentant un important affaissement risquant de s'aggraver. Chaque hiver, une partie du bâti cède sous la charge des phénomènes naturels et le poids des années. Devant ce risque, les autorités ont été à maintes reprises alertées, aussi bien les services de la Protection civile que les services techniques. Oran continue de perdre une à une ses anciennes bâtisses à un rythme inquiétant et le spectre des victimes plane au dessus des vieilles bâtisses dans les vieux quartiers de la ville. Il ne se passe pas un jour sans qu'on entende parler d'un effondrement total ou partiel. La majorité des quartiers d'El Bahia est menacée par le risque des effondrements. Durant la dernière décennie, les services de la Protection civile de la wilaya d'Oran ont enregistré une moyenne de 250 effondrements par an. Le pic a été atteint en 2007 où 313 effondrements et effondrements partiels et 120 risques d'effondrements ont été enregistrés. Cette année était dramatique, puisque quatre femmes sont mortes dans des effondrements dont trois de la même famille à El-Hamri et la quatrième à Kouchet El Djir. En 2008, 301 effondrements et 143 risques d'effondrements ont été recensés. Bilan, trois morts et une vingtaine de blessés. Parmi les victimes, un enfant de 11 ans tué par un pan de plafond en plein sommeil au niveau du lieudit «Terrain Chabat» dans le quartier des Planteurs. La même année, une jeune femme âgée de 25 ans et son enfant âgé à peine de trois ans sont décédés, ensevelis sous les décombres de leur habitation érigée dans le bidonville «El Oued» à Hai Bouâmama (ex-El Hassi). Plusieurs mesures ont été prises par les services concernés pour faire face à ces drames à répétition. Plusieurs actions ont été mises en place pour faire face à cette situation notamment le relogement des familles, l'éradication des immeubles menaçant ruine et la réhabilitation du vieux bâti. Cependant, le problème du vieux bâti à Oran a de beau jour devant lui, surtout lorsqu'on sait que quelque 55.000 habitations individuelles et 2.000 immeubles classés en zone rouge menacent ruine dans les anciens quartiers de la ville, selon un recensement des services de la daïra. Ces immeubles, classés vieux bâtis, peuvent s'effondrer à tout moment. Les vieux immeubles sont éparpillés sur tous les anciens quartiers de la ville.
biane abdesslem - magasinier - oran
12/10/2015 - 280498

Commentaires

44.Rue de Tlemcen :ORAN. Effondrements successifs dans un immeuble par J. Boukha journal quotidien Oran du 21/08/2013 Les occupants de l'immeuble N°44, rue de Tlemcen, lancent un appel aux autorités locales, vu l'état dans le quel se trouve leur habitation. Occupé par plusieurs familles, l'immeuble en question date de l'ère coloniale et présente un danger permanent pour la vie des locataires. Il y a quelques semaines, cette bâtisse a été le théâtre d'un important effondrement. Une grande partie du plafond d'un appartement situé au 3ème étage s'est effondrée. L'effondrement a causé des blessures à une femme âgée de 54 ans. Les mûrs sont lézardés et menacent de s'effondrer à n'importe quel moment. «Notre immeuble a été le théâtre de plusieurs effondrements partiels successifs», dira un locataire. La peur de l'effondrement total hante leurs pensées. Des murs fissurés, des toits au bord de l'effondrement, une terrasse présentant un important affaissement risquant de s'aggraver. Chaque hiver, une partie du bâti cède sous la charge des phénomènes naturels et le poids des années. Devant ce risque, les autorités ont été à maintes reprises alertées, aussi bien les services de la Protection civile que les services techniques. Oran continue de perdre une à une ses anciennes bâtisses à un rythme inquiétant et le spectre des victimes plane au dessus des vieilles bâtisses dans les vieux quartiers de la ville. Il ne se passe pas un jour sans qu'on entende parler d'un effondrement total ou partiel. La majorité des quartiers d'El Bahia est menacée par le risque des effondrements. Durant la dernière décennie, les services de la Protection civile de la wilaya d'Oran ont enregistré une moyenne de 250 effondrements par an. Le pic a été atteint en 2007 où 313 effondrements et effondrements partiels et 120 risques d'effondrements ont été enregistrés. Cette année était dramatique, puisque quatre femmes sont mortes dans des effondrements dont trois de la même famille à El-Hamri et la quatrième à Kouchet El Djir. En 2008, 301 effondrements et 143 risques d'effondrements ont été recensés. Bilan, trois morts et une vingtaine de blessés. Parmi les victimes, un enfant de 11 ans tué par un pan de plafond en plein sommeil au niveau du lieudit «Terrain Chabat» dans le quartier des Planteurs. La même année, une jeune femme âgée de 25 ans et son enfant âgé à peine de trois ans sont décédés, ensevelis sous les décombres de leur habitation érigée dans le bidonville «El Oued» à Hai Bouâmama (ex-El Hassi). Plusieurs mesures ont été prises par les services concernés pour faire face à ces drames à répétition. Plusieurs actions ont été mises en place pour faire face à cette situation notamment le relogement des familles, l'éradication des immeubles menaçant ruine et la réhabilitation du vieux bâti. Cependant, le problème du vieux bâti à Oran a de beau jour devant lui, surtout lorsqu'on sait que quelque 55.000 habitations individuelles et 2.000 immeubles classés en zone rouge menacent ruine dans les anciens quartiers de la ville, selon un recensement des services de la daïra. Ces immeubles, classés vieux bâtis, peuvent s'effondrer à tout moment. Les vieux immeubles sont éparpillés sur tous les anciens quartiers de la ville.
baghdadi belkheir - cheffeur - oran
03/09/2013 - 117634

Commentaires

44.Rue de Tlemcen : Effondrements successifs dans un immeuble Les occupants de l'immeuble N°44, rue de Tlemcen, lancent un appel aux autorités locales, vu l'état dans le quel se trouve leur habitation. Occupé par plusieurs familles, l'immeuble en question date de l'ère coloniale et présente un danger permanent pour la vie des locataires. Il y a quelques semaines, cette bâtisse a été le théâtre d'un important effondrement. Une grande partie du plafond d'un appartement situé au 3ème étage s'est effondrée. L'effondrement a causé des blessures à une femme âgée de 54 ans. Les mûrs sont lézardés et menacent de s'effondrer à n'importe quel moment. «Notre immeuble a été le théâtre de plusieurs effondrements partiels successifs», dira un locataire. La peur de l'effondrement total hante leurs pensées. Des murs fissurés, des toits au bord de l'effondrement, une terrasse présentant un important affaissement risquant de s'aggraver. Chaque hiver, une partie du bâti cède sous la charge des phénomènes naturels et le poids des années. Devant ce risque, les autorités ont été à maintes reprises alertées, aussi bien les services de la Protection civile que les services techniques. Oran continue de perdre une à une ses anciennes bâtisses à un rythme inquiétant et le spectre des victimes plane au dessus des vieilles bâtisses dans les vieux quartiers de la ville. Il ne se passe pas un jour sans qu'on entende parler d'un effondrement total ou partiel. La majorité des quartiers d'El Bahia est menacée par le risque des effondrements. Durant la dernière décennie, les services de la Protection civile de la wilaya d'Oran ont enregistré une moyenne de 250 effondrements par an. Le pic a été atteint en 2007 où 313 effondrements et effondrements partiels et 120 risques d'effondrements ont été enregistrés. Cette année était dramatique, puisque quatre femmes sont mortes dans des effondrements dont trois de la même famille à El-Hamri et la quatrième à Kouchet El Djir. En 2008, 301 effondrements et 143 risques d'effondrements ont été recensés. Bilan, trois morts et une vingtaine de blessés. Parmi les victimes, un enfant de 11 ans tué par un pan de plafond en plein sommeil au niveau du lieudit «Terrain Chabat» dans le quartier des Planteurs. La même année, une jeune femme âgée de 25 ans et son enfant âgé à peine de trois ans sont décédés, ensevelis sous les décombres de leur habitation érigée dans le bidonville «El Oued» à Hai Bouâmama (ex-El Hassi). Plusieurs mesures ont été prises par les services concernés pour faire face à ces drames à répétition. Plusieurs actions ont été mises en place pour faire face à cette situation notamment le relogement des familles, l'éradication des immeubles menaçant ruine et la réhabilitation du vieux bâti. Cependant, le problème du vieux bâti à Oran a de beau jour devant lui, surtout lorsqu'on sait que quelque 55.000 habitations individuelles et 2.000 immeubles classés en zone rouge menacent ruine dans les anciens quartiers de la ville, selon un recensement des services de la daïra. Ces immeubles, classés vieux bâtis, peuvent s'effondrer à tout moment. Les vieux immeubles sont éparpillés sur tous les anciens quartiers de la ville.
LOCATAIRE IMMEUBLE SIS.44.rue tlemcen - oran
26/08/2013 - 116235

Commentaires

LOCATAIRE IMMEUBLE SIS ORAN, le 14/07/2013 N°44 RUE DE TLEMCEN ORAN A MONSIEUR CHEF DAIRA D’ORAN OBJET/ : A/S ECROULEMENT D’UNE PARTIE DE L’IMMEUBLE. Nous avons l’honneur de venir respectueusement, par la présente, porter À votre connaissance qu’en date du 13/07/2013 vers 09h00 du matin S’est écroulé la dalle de la terrasse constituant la toiture du 2ème étage de L’immeuble suscité pour venir atterrir sur le sol constituant la toiture de Mon logis. Après cet incident je me suis dirigé vers les autorités Compétente à savoir : 1) LA PROTECTION CIVILE: A ce niveau et après que le préposé a pris connaissance Des faits, sa première inquiétude était de savoir si cet incident n’a pas Provoquer des morts ou des blessés, Dieu soit loué aucune personne N’est a déplorée suite à ce malheur qui a laissé les responsables de Cette institution « froid »devant notre effroi qu’un jour cet immeuble Constituera à tous les locataires de l’immeuble une tombe commune. 2) LA SURETE URBAINE (7eme arrondissement) Dés que l’information a été communiquée et recensée Ces derniers se sont déplacés sur les lieux et suites aux constations du Sinistre un rapport circonstanciel a été dressé et transmis par leurs soins À qui de droit. A titre indicatif je porte à votre connaissance que des Incidents pareils au nombre de trois ce sont déclarés durant ces quatre Derniers mois avec une aggravation spécifique pour chaque cas. A cet effet je vous serais gré Monsieur de bien vouloir Inviter les services concernés afin de prendre les mesures nécessaires Pour nous éviter le pire qui pourrait nous arriver à chaque moment et Provoquer des pertes de vies à des citoyens méritant d’être pris en Considération et d’avoir un droit à un logement décent prévu par notre Constitution, leur évitant ainsi toute déploration et remontrance. A toute fin utile je tiens à vous préciser que suis père de Famille composée de trois enfants de bas âges, comptant sur votre Collaboration afin de résoudre ce problème qui risque d’aggraver Ma situation et celle de mes enfants, veuillez croire Monsieur à mon Profond respect. L’INTERESSE Copié Mr Le wali d’Oran Copie Mr président APWI Copié Mr chef d’aira d’Oran Copié Mr président PC
GOURCHANE DJAMEL - cheffeur - oran
22/08/2013 - 115768

Commentaires

LOCATAIRE IMMEUBLE SIS ORAN, le 14/07/2013 N°44 RUE DE TLEMCEN ORAN A MONSIEUR LE WALI DE LA WILAYA D’ORAN OBJET/ : A/S ECROULEMENT D’UNE PARTIE DE L’IMMEUBLE. Nous avons l’honneur de venir respectueusement, par la présente, porter À votre connaissance qu’en date du 13/07/2013 vers 09h00 du matin S’est écroulé la dalle de la terrasse constituant la toiture du 2ème étage de L’immeuble suscité pour venir atterrir sur le sol constituant la toiture de Mon logis. Après cet incident je me suis dirigé vers les autorités Compétente à savoir : 1) LA PROTECTION CIVILE: A ce niveau et après que le préposé a pris connaissance Des faits, sa première inquiétude était de savoir si cet incident n’a pas Provoquer des morts ou des blessés, Dieu soit loué aucune personne N’est a déplorée suite à ce malheur qui a laissé les responsables de Cette institution « froid »devant notre effroi qu’un jour cet immeuble Constituera à tous les locataires de l’immeuble une tombe commune. 2) LA SURETE URBAINE (7eme arrondissement) Dés que l’information a été communiquée et recensée Ces derniers se sont déplacés sur les lieux et suites aux constations du Sinistre un rapport circonstanciel a été dressé et transmis par leurs soins À qui de droit. A titre indicatif je porte à votre connaissance que des Incidents pareils au nombre de trois ce sont déclarés durant ces quatre Derniers mois avec une aggravation spécifique pour chaque cas. A cet effet je vous serais gré Monsieur de bien vouloir Inviter les services concernés afin de prendre les mesures nécessaires Pour nous éviter le pire qui pourrait nous arriver à chaque moment et Provoquer des pertes de vies à des citoyens méritant d’être pris en Considération et d’avoir un droit à un logement décent prévu par notre Constitution, leur évitant ainsi toute déploration et remontrance. A toute fin utile je tiens à vous préciser que suis père de Famille composée de trois enfants de bas âges, comptant sur votre Collaboration afin de résoudre ce problème qui risque d’aggraver Ma situation et celle de mes enfants, veuillez croire Monsieur à mon Profond respect. L’INTERESSE Copié Mr Le wali d’Oran Copie Mr président APWI Copié Mr chef d’aira d’Oran Copié Mr président PC
biane abdesslem - magasinier - oran
14/08/2013 - 114414

Commentaires

Mon adresse c'est le 07, rue ould kadi setti Saint antoine, mon immeuble danger ma famille et locatair est ce que mon adresse et programer pour benificier un logement merci j'attend une réponse d'une suite favorable
medjahed nadia - agent de bureau a CPA - oran
10/10/2012 - 42475

Commentaires

mon adresse 44 rue tlemcen sint atoine oran. mon emmeuble danger a ma famille et locateur. je cherche es que mon adresse progame rouine. je conte sur vous pour reponde. merci.
biane abdesslem - magasinier - oran
07/03/2011 - 12191

Commentaires

slut mes frere je cherche desition de mon immeuble rouine mon adresse rue tlamcen n°44 SINT ATOINE ORAN* svp je cherche une reponse par ceque mon immeuble vraiment rouine. merci j'attende une reponse favorable
biane abdesslem - magasinier a la maison peugeot oran - oran
24/10/2010 - 7693

Commentaires

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)