Alger


52e édition de la FIA Ça ne se bouscule pas au portillon



Côté exposants étrangers et même si tous les opérateurs n'ont pas boycotté les pavillons qui leurs sont réservés, les stands sont loin de ressembler à des ruches comme ce fut le cas par le passé lorsque, entre accueillir le grand public ou organiser des rencontres «B to B», les exposants ne savaient pas où donner de la tête.Déjà en perte de vitesse depuis un certain nombre d'années pour cause de crise économique que traverse le pays depuis la chute des prix du brut, la Foire internationale d'Alger (FIA), qui a ouvert hier ses portes, n'a pas connu la foule des grands jours. Car comme il fallait s'y attendre, la conjoncture économique et politique n'aidant pas, les «poids lourds du Made in Algeria» représentant le secteur privé ont été les grands absents de cet événement phare, il y a encore quelques années. L'incarcération de plusieurs hommes affaires a forcément créé une certaine atmosphère de crainte et méfiance au sein de la communauté des gestionnaires de leurs entreprises à tel point qu'ils ont jugé inutile de prendre part à cette foire sinon réduire sa présence au strict minimum.
Côté exposants étrangers et même si tous les opérateurs n'ont pas boycotté les pavillons qui leurs sont réservés, les stands sont loin de ressembler à des ruches comme ce fut le cas par le passé lorsque, entre accueillir le grand public ou organiser des rencontres «B to B», les exposants ne savaient pas où donner de la tête. Au même titre que les exposants, nationaux ou étrangers, les visiteurs n'étaient pas au rendez-vous. Pourtant, comme son nom l'indique, la FIA est une foire où il est possible aux consommateurs d'acheter les biens et services exposés et ce contrairement aux salons où salons professionnels lors desquels l'objectif pour les participants est de faire connaître leurs produits et de tisser des liens avec d'autres partenaires. Si la présence timide des exposants s'explique par le contexte politico-judicio-économique, la non-affluence du grand public est motivé, selon certains participants, au fait que nombre de familles algériennes sont occupées par les épreuves de fin d'année scolaire (notamment le baccalauréat) de leurs enfants.
Contrairement aux exposants et au grand public qui n'ont pas été au rendez-vous, les forces antiémeutes et autres corps de sécurité ont été en force pour assurer la sécurité du cortège officiel. Car pour la circonstance, le chef de l'Etat par intérim Abdelkader Bensalah, accompagné des ministres du Commerce Saïd Djellab et de celui de l'Agriculture Cherif Omari a inauguré cette 52e édition. Selon la fiche technique, la manifestation a été rehaussée par la participation de plus de 500 exposants nationaux et étrangers, issus de plus de 15 pays. Placée sous le thème «Algérie : diversification économique et opportunités de partenariat en perspective», cette manifestation économique annuelle s'étalera jusqu'au 23 juin courant. Les stands de la FIA-2019, occupent une superficie globale de 22.046 m2, dont 19.880 m2 seront animés par des exposants nationaux et 2.090 m2 par des étrangers. Le nombre total des participants s'élève à 501 opérateurs, dont 361 opérateurs nationaux et 140 étrangers. Cette nouvelle édition connaît la participation de l'Allemagne, Turquie, Tunisie, Syrie, Soudan, Etats-Unis, Cuba, Brésil, Chine, Indonésie, Sénégal, Afrique du Sud, Ethiopie, Mali et France.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)