Algérie - Revue de Presse

Rechercher sur le site :

ALGERIE - ACTUALITES

Articles : Revue de Presse

AADL/CNEP 2001 : L'imbroglio



AADL/CNEP 2001 : L'imbroglio

En dépit des nombreux sit-in organisés devant le siège de l'AADL, l'histoire rocambolesque que vivent quelque 2500 « citoyens honnêtes » n'a toujours pas connu d'épilogue.

Les souscripteurs au programme AADL/CNEP 2001 ont observé un rassemblement, dans la matinée de jeudi dernier, devant le ministère de l'Habitat. Même si la foule de centaines de contestataires a vite été « éparpillée » par les forces de sécurité il n'en demeure pas moins qu'ils ne se sont pas laissé démonter. Divisés en groupes, ils ont campé, des heures durant sur les trottoirs. Devant leur détermination, des cadres du ministère ont accepté de recevoir deux délégués. Pourtant, à l'issue de cet entretien, « rien de nouveau » n'a été apporté aux manifestants. Pis, puisque ces derniers considèrent que l'on « se moque d'eux ». Et pour cause, il leur a été demandé de renouveler leur dossier et de le « redéposer », lundi prochain, à la direction de l'AADL. « Comment expliquer cette requête, alors qu'ils détiennent, dans leur base de données, tous les documents et informations nécessaires ' », se sont étonnés plus d'un. Pour eux, les autorités ne cherchent qu'à « faire diversion et gagner du temps » et ainsi calmer un tant soit peu leur colère, en les occupant à faire « autre chose ».

Car en dépit des nombreux sit-in organisés devant le siège de l'Agence nationale de l'amélioration et du développement du logement (AADL) de Saïd Hamdine, l'histoire rocambolesque que vivent quelque 2500 « citoyens honnêtes » n'a toujours pas connu d'épilogue. Ils attendent, depuis maintenant dix ans, faut-il le rappeler, qu'une suite soit donnée à leur demande de logement. Certains, ordre de versement l'attestant, figurent parmi les premiers à avoir déposé leur dossier, août 2001. Mais ils ont attendu durant de longues et douloureuses années de pouvoir enfin s'acquitter de la première tranche du prix global pour enfin s'installer « chez eux ». Mais il semblerait que cette attente soit vaine, puisque l'AADL a récemment expliqué que ces « cas », n'étaient tout simplement pas inscrits dans ses programmes. « Pourquoi alors nous ont-ils convoqués, ballottés d'une agence à une autre, de leurs services aux services de la CNEP, en nous disant qu'il fallait juste prendre notre mal en patience ' », s'insurge l'un d'entre eux.

D'autant plus qu'à « chaque fois que nous allions nous enquérir de l'avancement de notre situation, l'on nous demandait de ramener tel ou tel document, de renouveler un extrait de naissance arrivé à expiration par exemple ».

Des dizaines d'appartements inoccupés

D'autres souscripteurs ont même eu à verser la première tranche, voire la totalité de la somme, sans pour autant avoir pu prendre possession de leur logement. D'ailleurs, ils ne connaissent même pas, pour la plupart, leur affectation. Et lorsqu'ils la connaissent, le site assigné originellement peut être modifié, et ce, sans que le principal intéressé n'en soit informé. De nombreux manifestants ont ainsi été confrontés à ce désenchantement. Une fois les cités livrées, « l'AADL s'arroge l'on ne sait de quel droit de nous affecter à un site qui n'en est qu'aux fondations », s'indigne une veuve.

« Pourtant, les appartements vides sont légion. A qui ont-ils été adjugés ' », s'interroge-t-elle, tout en connaissant ce qui, tout le monde en est d'ailleurs persuadé, est la réponse. Car malgré les commissions d'attribution installées, la distribution de ces logements se fait, semble-t-il, dans l'opacité la plus totale. Dans la plupart des cages de ces bâtiments, deux ou trois logements, voire même plus parfois, restent vacants. « Soit ils n'ont pas du tout de propriétaire, soit ils ont été donnés, dans des conditions obscures, à des personnes qui n'en ont nul besoin, puisqu'ils disposent d'un autre logement », explique un souscripteur. Et il n'est pas rare de constater que de nombreux acquéreurs ont loué ou vendu leur bien, ce qui, dans ce cadre, est formellement interdit par la loi.

Mais les accusations de détournement ne s'arrêtent pas là. Plus d'un demandeur de logement peut en attester. « Les agents AADL, contrairement aux démentis apportés, demandent effectivement un pot-de-vin, qui varie selon l'importance de cette personne au sein de l'agence », certifie l'un d'eux, qui déclare qu'on lui a fait ce type de propositions à maintes reprises. « Cela va de 20 millions de centimes pour pousser le dossier, à 80 millions pour avoir, du jour au lendemain, une affectation », confie-t-il.

Les allégations de trafic sont légion

Ce qui explique, commente un autre, que des gens qui ont introduit un dossier ont été satisfaits quelques mois seulement après ce dépôt. Un autre, proche de « l'empire AADL », explique même comment l'on s'y prend afin d'obtenir des appartements « vierges ». « C'est simple et très ingénieux. Ils attribuent un certain nombre de logements à des personnes qui, ayant bénéficié d'un habitat sous une autre forme, n'y ouvrent pas droit. Ils les laissent s'acquitter des tranches comme si de rien n'était », avance-t-il. Ensuite, lorsque le projet est fini, ils les convoquent, leur expliquent qu'ils sont exclus du programme pour les raisons suscitées et leur rembourse la somme versée. Toutefois, leur nom n'est pas radié de la liste et l'appartement reste « dans les papiers attribués, mais il reste inoccupé », poursuit-il. Et ensuite ' « Ensuite '

Vous le savez très bien. Tout le monde le sait. Ils en font ce qu'ils veulent. Chacun de nous a, dans son entourage, des éléments de réponse », conclut-il. D'autres expliquent que ceux-là sont parfois même donnés en signe « de faveur et de remerciement ». Ainsi, l'on raconte qu'en guise de « récompense » pour leurs bons et loyaux services durant la campagne électorale 2009, quelques personnes ont bénéficié d'un logement AADL. « Un proche du président de la République les a confiés aux bons soins du directeur de l'AADL. Lorsque ce dernier les a reçus, il leur a proposé de choisir une demeure dans n'importe quel site de leur choix », affirme-t-on sous le sceau de l'anonymat. Dès lors, la colère et le désarroi des 2500 pères et mères de famille, qui vivent dans la précarité et la misère, sont-ils exagérés ' Lorsque l'on constate que les biens de l'Etat sont bradés à tout va, dans l'impunité la plus totale, il semble que les exigences des « mal-logés » ne soient on ne peut plus justifiées.







Vu : 147 fois
Posté Le : 07/02/2010
Posté par : sofiane
Ecrit par : Ghania Lassal
Source : www.elwatan.com

 

 



      

Votre commentaire



Votre commentaire n'apparaîtra qu'après validation par l'administrateur


Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *

Veuillez saisir le code ci dessous

*


Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)

Lire les commentaires
Posté par : B. RADIA
Profession : cadre supérieur
Ville : alger
Pays : Algérie
Date : 10/04/2013
Message : c'est dommage,on nous fait courir comme des chiens,mon mari à déposer son dossier le 20/08/01,après 12 ans il nous demande de renouveler notre dossier et nous comme bête et décipliné on la renouveler et apparament on va attendre 12 autres années wellah c'est honteux ils prennent les gens pour des cons mais.....chaque chose à une fin et rira bien qui rira le dernier.



Posté par : belhocin djamel
Profession : banque d'algerie'
Ville : alger
Pays : Algérie
Date : 02/04/2012
Message : aadl 2001 sabrna bezaf



Posté par : amer oulad ali
Profession : foctionner
Ville : centre alger
Pays : Algérie
Date : 19/05/2011
Message : je suis depose mon dosier 2002



Posté par : OKIRIM NOHAMED
Profession : TECHN
Ville : DAR EL BEIDA
Pays : Algérie
Date : 14/04/2011
Message : Message : Je veux m'adresser à un responsable au niveau de Aadl pour qu'il puisse répondre à mes questions qui sont restées sans réponse depuis 10 ans. Je me suis inscrite le premier jour (qui veut dir) le 18/08/01 ensuite j'ai reçu une réponse favorable en me donnant RDV pour retirer l'ordre de versement, arrivé ce jour on m'informe qu'il y a eu un changement et que je devais signé un engagement avec la CNEP et le faire légalisé au niveau de la Daira depuis aucune réponse et d'après mes contacte je me rend compte que je ne figure pas dans la liste des bénéficiaires des prochains sites attribués à réghaia et rouiba.



Posté par : sai hamid
Profession : chauffeur
Ville : dar el beida
Pays : Algérie
Date : 14/04/2011
Message : Message : Je veux m'adresser à un responsable au niveau de Aadl pour qu'il puisse répondre à mes questions qui sont restées sans réponse depuis 10 ans. Je me suis inscrite le premier jour (qui veut dir) le 18/08/01 ensuite j'ai reçu une réponse favorable en me donnant RDV pour retirer l'ordre de versement, arrivé ce jour on m'informe qu'il y a eu un changement et que je devais signé un engagement avec la CNEP et le faire légalisé au niveau de la Daira depuis aucune réponse et d'après mes contacte je me rend compte que je ne figure pas dans la liste des bénéficiaires des prochains sites attribués à réghaia et rouiba



Posté par : zinou jeaser
Ville : mouradia
Pays : Algérie
Date : 09/04/2011
Message : wach we9tach tsaknouna wa wajh el char wela el benyane kayen ou el drahem kayen ou soukna makach yaw khafou rabi ya 3ibad el lah



Posté par : mm
Profession : comptable
Ville : alger
Pays : Algérie
Date : 16/03/2011
Message : salut les amis



Posté par : chebchoub assia
Profession : Secrétaire
Ville : Alger
Pays : Algérie
Date : 10/03/2011
Message : Je veux m'adresser à un responsable au niveau de Aadl pour qu'il puisse répondre à mes questions qui sont restées sans réponse depuis 10 ans. Je me suis inscrite le premier jour (qui veut dir) le 18/08/01 ensuite j'ai reçu une réponse favorable en me donnant RDV pour retirer l'ordre de versement, arrivé ce jour on m'informe qu'il y a eu un changement et que je devais signé un engagement avec la CNEP et le faire légalisé au niveau de la Daira depuis aucune réponse et d'après mes contacte je me rend compte que je ne figure pas dans la liste des bénéficiaires des prochains sites attribués à réghaia et rouiba.



Posté par : djaafer
Profession : fonctionnaire
Ville : bouira
Date : 08/03/2010
Message : les souscripteurs AADL Agence BOUIRA,dont les dossiers ont été accepter en 2002,sont très preocupés par le nouveau critère que le wali vient d'introduire pour l'aquisition des logements AADL(site 600 lgmts chinois en voie de livraison) et qui donne la priorité aux résidents de la daira de bouira et excluant de ce faite 80% des souscripteurs éligibles qui ont bénéficie de l'avis favorabe AADL 8 ans auparavant, à cet effet il est urgent de s'organiser pour faire à cette décision arbitraire insensée et illégale car la liste des bénéficiaires s'effectuée dans le manque de transparence et le mutisme le plus total.





 
Rechercher sur le site :
Authentifiez vous :

email * :              

Mot de passe * :
Shopping :



Aucun produit n'est disponible





Annonces : Revue de Presse



Aucune annonce n'est disponible





Annuaire des entrprises : Revue de Presse

Dernières entreprises ajoutées :

Photos : Revue de Presse

Dernières photos postées :

مطار هواري بومدين الدوليEvenement 2002
Algérie, la Mecque de la liberté de la presseInstitut Français de Tlemcen  Rémi Secret le nouveau directeur
Publicité
Musiques : Revue de Presse



Aucune musique n'est disponible